Samedi 14 avril, 08 h : c’est dans le brouillard que les premiers motards partent de Chartes, d’Évreux, de Cherbourg… en direction de Flers. Petit à petit, plusieurs groupes quittent d’autres villes avec, en tête, l’idée d’aller eux aussi s’opposer à l’abaissement de la vitesse à 80 km/h.
La place de la mairie de Flers, sous le soleil revenu, se remplit, puis déborde. Les rues avoisinantes deviennent des parkings et à 13h, 5 000 motards des départements de l’Orne, du Calvados, de l’Eure, de la Manche, d’Ile-et-Vilaine, de Mayenne, de Sarthe et de Seine-Maritime acclament la délégation qui va rencontrer le maire et président du CNSR, Yves Goasdoué.

Dialogue de sourds
La délégation revient avec la conclusion de Yves Goasdoué à cet entretien : « La réduction de vitesse a beaucoup d’inconvénients, mais encore plus d’avantages, c’est pour cela que je soutiens cette mesure »…. À ces mots, Michel Ducret coordinateur de la FFMC de l’Orne et organisateur donne le coup d’envoi de la manifestation piétonne.

Soutien populaire
Les slogans scandés par les militants incitent de nombreux passants à rejoindre le cortège et ce sont les applaudissements de près de 7 000 personnes qui accompagnent la mise à feu d’un radar factice.
Puis, après que chacun a regagné sa monture, la manifestation routière sillonne tranquillement la ville sous les applaudissements des nombreux spectateurs et riverains. La dispersion a lieu alors que le ciel se fait menaçant. Les militants sont convaincus d’une chose : la lutte n’est pas finie !

Publicité

Commentaire (0)

Publicité