Depuis sa victoire lors de la première épreuve de la saison, au rallye de Toulon, le champion de France en titre, Julien Toniutti (Yamaha Racing-2B Moraco-Team Deletang/MT 09), n’était pas remonté sur la plus haute marche du podium. Ce week-end, dans l’Ain, il s’impose lors de la cinquième épreuve du Dark Dog Rallye Moto Tour, à l’issue d’une bagarre de haut vol.

Un menu copieux, mais varié
En entrée : un prologue de 37 km pour permettre aux pilotes de goûter les deux spéciales (Ceignes et Merpuis) où les reconnaissances étaient interdites ; en plat de résistance, quatre boucles différentes, histoire que le festin ne soit pas indigeste, autour de la jolie commune de Cerdon, soit 300 km et 8 épreuves spéciales ; en guise de dessert, une seconde étape de 180 km et 6 épreuves spéciales : tel était le menu proposé aux 145 concurrents par l’Union Motocycliste de l’Ain.

Un plat de résistance particulièrement relevé
On peut dire qu’au cours de l’étape 1, pilotes et spectateurs se sont régalés. Dès la première spéciale, à Ceignes, Julien Toniutti s’impose. Cependant, quatre pilotes, Julien Toniutti, Florent Derrien (KTM 690 Duke R-KTM Team France), Christophe Velardi, leader provisoire du Championnat sur Ducati 1200 Multistrada et Laurent Filleton (KTM 1290 Superduke-KTM Team France) se tiennent dans la même seconde. Le ton est donné, on sent que la bagarre va faire rage.

A Merpuis, Julien Toniutti récidive et devance Laurent Filleton de 13 centièmes et Florent Derrien de 1’’23. Lors du second passage à Ceignes, on reprend le même tiercé dans un ordre différent : Toniutti, Derrien et Filleton, Christophe Velardi parvenant à se hisser lui aussi dans la même seconde. Dans la quatrième spéciale, à Merpuis, c’est la revanche du KTM team France : Florent Derrien précède Laurent Filleton de 2 centièmes et Julien Toniutti de 19 centièmes, le pilote du team MV Agusta Paris Nord Moto-Ultimate Driver , Bruno Schilltz sur sa 800 Brutale s’invitant lui aussi à la fête à 44 centièmes du premier ! Florent Derrien remet le couvert à Ceignes, précédant le pilote Yamaha de 54 centièmes et Laurent Filleton d’à peine une seconde.

Nous revoilà à Merpuis et cette fois-ci, Laurent Filleton s’impose devant son coéquipier Florent Derrien, puis Bruno Schiltz. Julien Toniutti est quatrième à 1’’13, soit son plus mauvais résultat de la journée (!!). Il reprend aussitôt les choses en main et remporte les deux dernières spéciales devant Derrien, Filleton et Velardi.

Résultat des courses : au bout de huit épreuves spéciales, Julien Toniutti s’adjuge la première étape devant Florent Derrien à 2’’61 et Laurent Filleton à 3’’71. Un mouchoir de poche !

Un dessert un peu trop arrosé
A 21h, les concurrents s’élancent pour la seconde étape. Julien Toniutti repart à l’attaque et remporte les deux spéciales, toujours devant les deux pilotes KTM. Malheureusement, le dessert ne sera pas arrosé au Cerdon, le délicieux vin pétillant local, mais par un violent orage. Des trombes d’eau s’abattent sur la course, le matériel de chronométrage ne fonctionne plus, des branches d’arbres, des coulées de boue et des pierres jonchent le parcours routier et les spéciales. La sécurité des pilotes et de la centaine de bénévoles n’étant plus assurée, la direction de course prend la décision qui s’impose : mettre fin à l’épreuve.

Cependant, quelques dizaines de pilotes sont partis pour le deuxième tour juste avant l’orage. Florent Derrien se laisse surprendre par la pluie diluvienne qui s’abat brusquement lors de sa seconde montée à Ceignes et chute, se fracturant la main droite. La course ayant été neutralisée à la fin de la première boucle, il est classé pour l’étape, mais sa participation à la suite du championnat est compromise.
Julien Toniutti remporte donc pour la cinquième fois consécutive le Rallye de l’Ain, devant Florent Derrien à 7’’38 et Laurent Filleton à 8’’18.

Et les catégories ? 

Mais la somptueuse bagarre qui a eu lieu en élite ne doit pas nous faire oublier la lutte dans les catégories.

En Top Sport, le pilote du Team Kawasaki 212 Sébastien Brugues (650 ZX-6R) continue à creuser l’écart au championnat. Il devance Frédéric Jalade (Triumph Daytona 675) et Sonia Barbot (Suzuki 1000 GSX-R).

En Roadster, Julien Toniutti (Yamaha MT 09) devance donc Laurent Filleton (KTM 1290 Superduke) et Christophe Velardi (Ducati 1200 Multistrada).
Florent Derrien (KTM 690 Duke R) continue à dominer la catégorie Mono. Le pilote local Maxime Delorme (KTM 690 SM) confirme sa belle prestation du Beaujolais et prend la seconde place devant le licencié de l’UM Ain Mickaël Augras (KTM 690 SMC R).

Félix Caviglioli (KTM 400 EXC) règne toujours sur la catégorie Sport 1 et décroche d’ores et déjà le titre. Il précède sur ce rallye Emmanuel Perquignot (Suzuki 400 DRZ SM) et Jean-Noël Andreotti (KTM 350).

En Sport 2, on retrouve le trio de tête du championnat : Maxime Mettra (Kawasaki 650 Versys) devant les deux autres pilotes du Team Kawasaki 212 sur 650 ER6, Mickaël Brely et Alexandra Garcia.

En side-car, Alain Amblard (Suzuki 1300 GSXR), associé pour la circonstance à Olivier Amblard, son épouse Edith étant blessée, continue à faire carton plein et remporte les deux étapes devant la paire Christophe Robin/Anthony Fraucourt (Yamaha Choda R1). Albert Choin, en prenant la troisième place avec son passager Eric Carisio, confirme qu’il ne se contente pas de construire les side-cars Choda, il sait encore bien les piloter…

Coup de théâtre chez les Classiques : le plus rapide en spéciale, Maxence Sonilhac (Yamaha 240 TDR) se montre aussi un peu trop rapide sur le routier. Il écope d’une pénalité pour excès de vitesse et laisse la victoire à Nick Ayrton (Suzuki 1100 GSXR) qui devance le leader du championnat Antoine-François Caviglioli (Honda 650 Dominator) et Rémi Henrion (Yamaha 350 RDLC).

Même punition chez le leader des petites cylindrées Kevin Cheyland (MZ 125 SM) qui doit se contenter de la troisième marche du podium derrière Romain Cauquil (Yamaha 125 YZF R) et Germain Perrot (Husqvarna 125 S).

Gérard Spagli (Kawasaki Z 1000) domine toujours les Anciennes devant Christian Lacoste (BMW 1000 R 100) et Carl Bottex (Honda CB 400 F).

De même, chez les scooters, Mathieu Bruneau fait toujours la course en tête. Il précède un autre Honda 750 Integra, celui de Mathieu Perrin, Marc Troussard prenant la troisième place sur Yamaha 530 T Max.

La hiérarchie du championnat est également respectée chez les féminines : Sonia Barbot (Suzuki 1000 GSX R), puis Alexandra Garcia (Kawasaki 650 ER6) et Stéphanie Combès (KTM 690 SM).

Pour les Vétérans, Franck Coudert (Ducati 1200 Multistrada) prend le meilleur sur Patrick Curtat (Yamaha MT 09) et Pascal Poulios (Honda 600 Hornet), qui conserve la tête du championnat.

Enfin, en Espoirs, on s’explique entre Aprilia 1000 Tuono : celle de Jérémy Demange précède celle de Pierre Reynaud, actuel leader du championnat, Stéphane Aït-Ali (Suzuki 600 GSXR) montant sur la troisième marche du podium.

Un championnat à suspense
Le titre en élite a rarement été aussi disputé. À deux épreuves de la fin de la saison, seuls 7 petits points séparent le premier du quatrième, et tout est encore possible : Laurent Filleton prend la tête du championnat avec 222 points, devant son coéquipier du KTM Team France, Florent Derrien, avec 220 points. Christophe Velardi (Ducati 1200 Multistrada) rétrograde à la troisième place (216 points), talonné par le pilote Yamaha Julien Toniutti (215 points).

Rendez-vous donc les 3 et 4 juillet à Villecomtal, dans le département n°12, pour le 12e Rallye du Dourdou.

Pour en savoir plus...

Dans la boutique motomag :
Commandez le GPS des pilotes de rallye : TRIPY II : GPS + Roadbook digital

 - 
Publicité

Commentaire (0)