En images

visuel visuel visuel

La mairie de Nantes voulait sans doute bien faire, mais c’est raté ! En moins d’un an, elle a doté la ville de 72 stations de parking dédiées aux 2RM. Sans doute pour donner une raison à la verbalisation à tout-va dans le centre de Nantes

Mission… évaluation
Le 17 juin 2017, les activistes de l’antenne de Loire-Atlantique de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC 44) ont procédé à une évaluation d’un échantillon représentatif de 572 places. Le résultat est sans appel : 70 % des places 2RM sont peu utilisables.

Street art
Suite à ces mauvais résultats, une quinzaine de militants a mené une action « artistique », le samedi 17 juin au matin, sur les 60 stations évaluées : ils ont tracé au sol des casques rouge (stationnement dangereux ou inutilisable), orange (stationnement difficile) ou vert (stationnement correct).

On aboutit donc à 70 % des places difficiles à utiliser pour les 2RM ou dangereuses pour les usagers ! De plus, elles ne sont pas signalées par des panneaux indicateurs en amont et le plan des emplacements fournis par la mairie est inexploitable car il contient des erreurs.

Stop aux verbalisations abusives !
La FFMC 44 demande une nouvelle fois l’arrêt définitif de toute verbalisation abusive dans la ville de Nantes. Car, en contrepartie à ces emplacements créés à la hâte, les services de police n’hésitent plus à mettre à l’amende tout 2-roues stationné sur le trottoir, même s’il ne gêne pas la progression des passants. Puisqu’il peut se garer dans un parking dédié… Mais pas question pour la police de voir si ledit parking est en dévers, trop étroit, trop court…

« Si la mairie de Nantes décidait de poursuivre ce racket contre les motards (amende de 35 €), il est fort probable que le niveau de l’action monte d’un cran et que l’appel à la mobilisation s’élargisse à l’ensemble des usagers en 2RM », menace la FFMC 44.

 - 
Publicité
Publicité