Depuis 10 ans, la Fédération française des motards en colère de Gironde (FFMC 33) se bat pour le changement d’un joint de dilatation jugé dangereux en cas de pluie pour les utilisateurs de deux-roues motorisés (2RM).

La photo est éloquente : à la sortie de l’autoroute A631, en direction du boulevard Jean-Jacques-Bosc à Bordeaux, le raccord entre les chaussées, qui a pour fonction de compenser la dilatation des matériaux en fonction de la température, s’impose comme une large surface potentiellement très glissante en cas de pluie. Conducteurs de motos et scooters risquent la chute sur ce joint.

JPEG - 195.3 ko
Le joint de dilatation sur l’A631 à Bordeaux, avant les travaux.

Le 1er mars, la FFMC 33 a obtenu la victoire qu’elle espérait depuis tant d’années : ce joint de dilatation vient d’être modifié, pour être moins glissant.

JPEG - 216.7 ko
Le long combat de la FFMC 33 a permis de recouvrir le joint de dilatation de l’A631, à Bordeaux, de plaques ayant un fort pouvoir d’adhérence.

Long combat
En 2005, la FFMC 33 organise une opération d’identification des points noirs routiers dans l’agglomération bordelaise. Ils sont marqués à la peinture fluorescente. Parmi eux, ce joint de raccordement de chaussée, situé à la sortie de l’A631 en direction du boulevard Jean-Jacques-Bosc. Elle conclut l’opération en signalant ces dangers à la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB)… et ne reçoit aucune réponse de sa part !

Panneaux de danger
Cette infrastructure se dégradant d’année en année, la FFMC 33 enchaîne les actions et les signalements. En 2010, après plusieurs accidents, la CUB décide enfin d’installer un marquage au sol et des panneaux de signalisation, indiquant le risque de glissade pour les motos.

Insuffisant pour la FFMC 33, qui continue sa pression par l’envoi de courriers en recommandé à la CUB et au préfet de Gironde. Elle menace de les tenir pour responsables, face au public, d’un éventuel sinistre qui se conclurait par un décès.

Alternative
Et la situation se débloque enfin : la CUB et la préfecture proposent une solution technique. Ce type de joint de dilatation n’étant plus fabriqué, les ingénieurs du service Ouvrages d’arts de Bordeaux Métropole mettent au point, avec l’aide d’un prestataire technique, un système alternatif. Il se compose d’une série de plaques sur lesquelles un revêtement à fort grip est fixé. Ces plaques recouvrent l’intégralité du joint de dilatation usé.

Motards vigilants
La FFMC 33 salue la réelle implication de Bordeaux Métropole, mais annonce qu’elle reste vigilante quant à l’efficacité de cette « rustine » dans la durée. Si ce n’est pas le cas, elle renouvellera ses opérations sur ce point noir.

Soutenez la FFMC en portant ses couleurs (t-shirt, autocollant, sweat…)

 - 
Publicité