Essai

Très sérieuse mise à niveau
Sur le marché du roadster A2, Kawasaki n’avait pas franchement rencontré un franc succès avec sa première Z 300. Jugée poussive et bien trop chère, son petit moteur ne soutenait guère la comparaison avec les stars du segment que sont la KTM Duke 390 et la Honda CB 500, deux modèles affichant fièrement leurs 45 poneys. Mais tout cela, c’était avant que la sportive Ninja 400 arrive avec son nouveau bicylindre de même puissance et qu’elle se mette à remporter toutes les courses de sa catégorie en championnat mondial WSSP.

Aussi valorisante et bien finie (voire mieux) que ses grandes soeurs
Concrètement, la Z400 est l’émanation de sa devancière, sans les plastiques ni les demi-guidons bracelets. Elle reçoit un bicylindre compact, volontaire et sportif, disposant d’un couple « abondant » à bas régime (4 m.kg à 8 000 tr/min), d’un embrayage anti-dribble, d’un cadre en acier tubulaire aux soudures soignées, et de suspensions classiques, uniquement réglables en précharge à l’arrière pour les sorties en duo. La mini Z dégage une forte impression de qualité. Esthétiquement, l’ensemble a fière allure et ne rougira (ou ne verdira) pas devant une Z 650, dont elle reprend l’instrumentation, voire une Z 900. La finition apparaît même plus soignée que sur les deux autres modèles cités.

Confort à la hauteur
En selle, les plus petits trouveront d’emblée leurs marques, comme sur la plupart des Kawasaki ; la selle creusée et les repose-pieds placés bas permettent de poser facilement les pieds au sol. Le confort à son bord est plutôt bon, pour peu que l’on ne dépasse pas le mètre quatre-vingt. On profite même d’une petite protection grâce à son guidon plat placé derrière la tête de fourche équipée d’un saute-vent. Maniable en ville et braquant bien, la mini Z se montre aussi à l’aise sur le réseau national, où son bicylindre révèle son tempérament sportif. Entre 6 500 tours et jusqu’à 12 500 tr/min, il tracte volontairement sans vibration parasite.

Excellente première et seconde moto
Dans le sinueux, la Z 400 bien emmenée peut même faire la nique à des roadsters 600, grâce à son poids plume (167 kg avec 14 litres d’essence), ses pneus fins accrocheurs et son équilibre qui inspire grande confiance. Tout juste faudra-t-il anticiper les distances de freinage, le simple disque de grand diamètre mordu par un étrier double piston se montrant parfois un peu dépassé par les performances de la machine. Tout à fait capable de croiser aux allures légales sur autoroute, voire bien plus, la Z 400 sait aussi rester sobre avec un petit 4,5 litres aux cent, mesuré lors de notre essai. Son prix, 5 599 €, combiné à un tarif d’assurance économique font d’elle une excellente première moto pour débuter ou, pourquoi pas, une seconde monture « Crit’Air 1 », économique, amusante et à l’aise dans le trafic, pour aller travailler.

Kawasaki Z400 : le verdict

Avec une Yamaha MT-03 redessinée, une nouvelle KTM Duke 390 annoncée et des marques chinoises comme Zontes et CF Moto en pleine offensive sur cette catégorie de cylindrées, la Kawasaki Z 400 arrive avec de sérieux arguments et un tarif bien placé : reste à convaincre les motard(e)s de ses bienfaits. Nous, en tout cas, on est emballés !

La liste, régulièrement mise à jour, des motos A2 est ici.

Publicité
Fiche technique

Kawasaki Z 400 - Fiche technique

(données constructeur)
Moteur

- Type : bicylindre en ligne à refroidissement liquide, 4T,
4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 399 cm3 (70 x 51,8 mm)
- Puissance maxi : 45 ch (33,4 kW) à 10 000 tr/min
- Couple maxi : 3,9 m.kg (38 N.m) à 8 000 tr/min
- Alim./dépollution injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesse 6 rapports
- Transmission par chaîne
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 310 mm (2 juxt.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 220 mm (2 juxt.)
- Pneu Av - Pneu Ar : 110/70/17 - 150/60/17
- Réservoir (réserve) : 14 litres (n.c.)
- Poids : 167 kg (en ordre de marche)
- Hauteur de selle : 785 mm (options 760 ou 840 mm)
Pratique
- Coloris : vert, rouge
- Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 5 599 €

Commentaire (1)