En images

Coyote, c’est presque trente ans de BD avec motos (enfin… Harley-Davidson surtout !) et motards (enfin… bikers surtout !). Après dix tomes sur les aventures de Litteul Kévin, quelque pages de plus sur celles Mammouth & Piston, voici que le dessinateur est exposé par la galerie Daniel Maghen, dans le 6e arrondissement de Paris, siouplait !

Des planches originales et des posters sont vendus dans cette galerie réputée de la galaxie BD. Cela valait bien un entretien, réalisé lors du vernissage de l’exposition, le 26 septembre. Une immersion dans le monde des bulles avec à la main, une boisson à bulles… Qu’on se rassure, malgré la gloire Coyote reste disponible, et le tutoiement de rigueur !

Coyote, t’étais où ces derniers mois ? Dans ta tanière à Toulouse ?
Je reviens aux affaires, après une interruption involontaire de gestation de dessins de 4 mois, pour cause d’un arrachement musculaire au biceps causé par le relevage difficile d’une Harley de 450 kg ayant ripé sur le pavé sableux. Et un dessinateur privé de son bras droit n’est plus rien… Mais ça y est, je suis à nouveau en pleine forme, et je m’attaque au troisième tome de la série « Les Voisins » (éditions Le Lombard).

Qu’est-ce que ça fait au biker dessinateur de voir Mammouth exposé dans une galerie d’art à Paris ?
Il y a un côté prestigieux, et c’est une expo-vente : à la fin je gagnerai des sous, peut-être. Mais je n’aurai plus mes bébés, mes dessins originaux… Je me fais une raison, c’est comme les enfants, à un moment donné ils quittent la maison. Ceux-là seront accrochés à des murs que je ne connais pas… Je ressens une grande fierté mais aussi un peu de tristesse, et de la nostalgie. Ce fut agréable de ressortir les dessins des cartons, puis de les voir encadrés et bien éclairés. Certains ont 25 ans. Je les redécouvre !

Comment est née la rencontre avec Daniel Maghen ?
Il me courait après depuis quelques années, mais je n’avais pas particulièrement envie de me séparer de ces originaux. Je n’en ai jamais vendu, et j’en ai offert très peu, à quelques amis très proches uniquement. Et puis j’ai appris à grandir, le besoin de thunes... Daniel est revenu me voir et ça s’est fait, voilà. Mais j’ai opéré une sélection drastique, je n’ai pas tout donné ! J’en garderai certains jusqu’à ma mort. De nos jours, les dessinateurs se vendent bien sur le marché de l’art contemporain. Les Loisel, Bilal, Guarnido sont comme les peintres d’hier, c’est très bien.

Coyote, exposition rétrospective

Du 24 septembre au 11 octobre 2014
Galerie Daniel Maghen
47, quai des Grands Augustins
75006 Paris
www.danielmaghen.com
info@danielmaghen.com

Daniel Maghen, galerie à bulles

Ouverte voici 11 ans à Paris, cette galerie est la première à vendre des dessins originaux de bande-dessinée et des illustrations. Elle organise une exposition toutes les trois semaines, et dispose d’un fonds de 10.000 planches, venant de plus de 300 auteurs.
« Exposer Coyote est assez exceptionnel, car il n’a jamais vendu ses œuvres, précise Daniel Maghen. J’essaie de le convaincre depuis 5 ans. Il est très attaché à ses originaux. C’est une vedette : les auteurs qui durent dans le temps, deux générations dans son cas, sont rares. Dans son travail, on peut voir immédiatement la qualité de l’encrage, exceptionnelle. Il maîtrise toutes les techniques de la BD. Je le vois comme un digne successeur de Franquin ».

Publicité

Commentaire (0)

Publicité