Devenu obligatoire depuis le 1er juillet 2017 dans le cadre de la politique de restriction de circulation édictée dans une ZCR, le Certificat Qualité de l’Air Crit’air a donné lieu à 61 verbalisations à Paris, soit une tous les deux jours. Pour mémoire, les motos d’avant juin 2000 et les auto d’avant 1997 n’ont plus le droit de circuler dans la capitale en semaine de 8h à 20h.

Crit’air obligatoire pour circuler ET pour stationner
Encadrées par l’article R411-19-1 du Code la route, ces contraventions (à 68 €) se répartissent de la façon suivante : 36 usagers ont été verbalisés pour non respect des restrictions de circulation et 25 pour non respect de l’obligation d’arborer la vignette Crit’air sur sa voiture ou sa moto. Le communiqué de la préfecture apporte une précision d’importance en indiquant que certains PV dressés pour absence de certificat Crit’air l’ont été pour des véhicules en circulation mais également en stationnement.

Ce chiffre de 61 PV reste très faible, en comparaison par exemple avec les PV de stationnement dont le chiffre en 2013 était de 11 500 par jour à Paris. Il faut toutefois savoir que ces infractions peuvent également être constatées par les agents de police municipale, ou par les ASP à Paris, pour lesquelles nous n’avons pas obtenu de chiffres.

Plus, beaucoup plus de PV à l’avenir
Il y a toutefois fort à parier que le nombre de contraventions liées au certificat qualité de l’air Crit’air augmente sensiblement dans les mois à venir puisque "la préfecture de police réfléchit actuellement, en lien avec la ville de Paris, à un système de contrôle automatisé" précise le communiqué. En marge du salon de la mobilité urbaine Autonomy, Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris en charge des transports, des déplacements, de la voirie et de l’espace public, nous confiait qu’il n’était pas exclu d’envisager l’installation de portiques aux entrées de Paris pour scanner les immatriculations des véhicules afin de distinguer ceux qui ont le droit d’y circuler des autres. Même s’il ne s’agit que d’une hypothèse dont ne nous savons pour l’heure, ni si elle sera suivie d’effet, ni quand, elle indique clairement que la ville de Paris a bien l’intention de prendre le taureau par les cornes pour faire respecter les interdictions de circulation.

La FFMC toujours mobilisée
Partout en France, la FFMC s’est mobilisée le 21 octobre pour dénoncer ces restrictions de circulation qui pèsent sur les plus fragiles économiquement, ceux qui n’ont pas les moyens d’investir dans un véhicule plus récent. Si Paris a été précurseur en matière d’interdiction de circulation, la capitale n’est aujourd’hui plus isolée dans sa croisade anti-véhicules thermiques. Grenoble, Lille, Strasbourg et Lyon ont par exemple récemment rejoint Paris en imposant à leur tour la vignette Crit’air.

La Vignette Crit’air et vous

Publicité
Publicité