Ce sont plus de 1000 personnes, propriétaires et associations, qui étaient réunies à Wasquehal ce dimanche 23 février pour faire vivre la passion de la moto ancienne. Aux côtés du stand de l’organisateur, une dizaine d’associations sont présentes : « Les Vieux Clous », le « Caiman », « Kiqincoup », les teams « Rabbit » et « Raz bitume », « Les Pourkoponou », etc... Ces assos contribuent largement au succès du Vintage Moto Show qui réunit, dans un espace contenu, 80 modèles rares de motos, chacune assortie d’une petite explication.

vintage motorshow seeley norton

L’histoire des motos qui ont une histoire
La vocation des « Amis de la Moto » est de soutenir, depuis quinze ans, les pilotes qui courent en championnat motos classiques, en France et en Angleterre. Leur stand présentait les motos les plus emblématiques de Colin Seeley, ancien pilote et préparateur britannique de légende, décédé ce 7 janvier 2020. Parmi les machines exposées figurait la moto du pilote John Blanchard (GB).

La Triumph américaine
Du côté du « Caiman », on note la présence d’une exceptionnelle Triumph X-75 Hurricane du designer américain Craig Vetter. Ce modèle, destiné au marché américain, a une histoire singulière. Construit à seulement 1100 exemplaires aux États-Unis, elle a ensuite été importée en Espagne et en Autriche. Le modèle de Wasquehal a longtemps été exposé chez un concessionnaire lyonnais avant d’arriver dans les Hauts-de France pour le plus grand plaisir d’Alain, son nouveau propriétaire.
« Craig Vetter a utilisé le moteur incliné de la 750 BSA Rocket 3 et l’a doté d’une culasse spécifique aux ailettes plus larges. Ses 3 pots superposés du même coté et son superbe ensemble selle-réservoir s’inspirent de l’univers du flat track américain » témoigne Nico des Kiqincoup, intarissable sur l’histoire des motos.

vintage motorshow triumph x 75 hurricane

Deux cafe racers à l’anglaise
Sur le stand du club « Triton » - moteur Triumph, cadre Norton -, Matthieu et Virginie causent avec plaisir des deux cafe racers sur leur stand : une Triumph GP Replica « civilisée » de 1950 et une Triumph Tiger 100 (T100) racing (coursifiée) de 1939.
La première est motorisée par un bicylindre 500 cm3 équipée d’un haut moteur en aluminium. Son histoire singulière nous est racontée par Matthieu. Lors de la 2de Guerre Mondiale, la RAF (Royal Air Force) a demandé à Triumph de concevoir un générateur de courant. Élaboré sur la base du bicylindre de la Speed Twin de 1938, ce générateur servirait de groupe électrogène de secours pour les bombardiers Lancaster mais pourrait aussi être parachuté pour les compagnies au sol qui auraient besoin d’électricité.
Au sortir de la guerre, les ingénieurs Triumph ont convaincu leur patron, Edward Turner, d’exploiter ce fameux bicylindre, développé pour sa légèreté, dans une machine de course. La moto, également équipée d’un double carburateur, remportera en 1946, le Manx Grand Prix (MGP) avec Ernie Lyons à son guidon.

vintage motorshow club triton france

Triumph sortira ensuite une petite série de (150) de Triumph Grand Prix Square Barreld et nombre de pilotes privés rachetèrent des générateurs aux surplus de l’armée pour en exploiter leurs trésors insoupçonnés.

Le succès du Vintage Motor Show
Si la météo a compromis l’exposition extérieure et son marché d’occasion, les allées du salon sont restées pleines toute la durée de l’exhibition. Certains visiteurs mettent à profit la « trêve hivernale » pour aller à la rencontre des passionnés et des associations. Ainsi, ils parlent technique et motos mythiques et se donnent rendez-vous pour faire rouler ces anciennes. D’autres photographient, sourire aux lèvres, les plus beaux exemplaires exposés.

Lors du concours ouvert au public, c’est la Vincent Eegli (1970) et la Harley-Davidson WLA militarisée qui se sont distinguées.

harley davidson WLA militaire vintage motorshow

Harley-Davidson WLA

vincent egli vintage motorshow

Vincent EGLI (1970)

 - 
Publicité

Commentaire (1)