Alors que le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (dite Loppsi 2) sera examiné en 2e lecture à l’Assemblée nationale à partir de mardi 14 décembre, la FFMC se montre partagée sur son contenu.

Du bon…
D’un côté, la FFMC est tout à fait favorable à la récupération plus rapide des points du permis de conduire proposée par les sénateurs, saluant au passage le courage de ces élus qui ont pris à bras le corps une problématique trop longtemps ignorée, au risque de froisser la majorité présidentielle.
Pour la Fédération, « ce n’est pas tenir un discours déplacé au regard des victimes de la route que de demander un aménagement des règles. C’est, au contraire, porter un regard responsable sur les limites acceptables d’une loi en veillant à préserver son approche pragmatique, humaine et pédagogique, et non en cédant au chantage émotionnel habilement orchestré par certaines associations de victimes ».

Du très mauvais…
Si la perspective de reconstituer plus rapidement son capital points est une bonne nouvelle, cela n’occulte pas le reste des dispositions du projet de loi qui porte de graves atteintes aux droits fondamentaux des citoyens.
Sur le volet de la sécurité routière, comme sur bien d’autres thèmes abordés par le texte, la répression s’automatise et se radicalise.
Confiscation automatique, éthylotest électronique, suspension du permis sur de simples présomptions, les sanctions sont toujours privilégiées à la formation des conducteurs.

De quoi encore s’insurger contre cette politique de sécurité routière qui renvoie les usagers de la route vers une justice mécanisée et déshumanisée.
La FFMC a d’ores et déjà contacté les députés pour les inviter à réfléchir sur les conséquences de leurs votes.

À suivre !

Publicité