Griffe P’tit Luc

JPEG - 71.8 ko
C’est la première participation de la 900Z du Grat’team au Bol d’Or classic, un équipage de Montpellier. Les dessins sont de P’tit Luc.

Frédéric, ancien mécanicien moto, roule sur une Z900 guère plus récente et possède un petit palmarès : vice champion de France en monobike en 1989, il a terminé 15ème au Bol d’Or 1994.
Patrick, le compère, roule également en Z900. Il est mécano auto et passionné de sports mécaniques. Il a fait du karting, et a été assistant en championnat de France des rallyes routiers. Problème, il ne connaît pas la conduite sur circuit.

Au bout de 6 mois de travail naît le... « gratt’ team » en même temps que la moto , qui est remontée pièce par pièce par ces deux passionnés. La finition intervient quand, le dessinateur « P’tit Luc » pose sa griffe sur la machine.

Incidents en chaîne

JPEG - 35.8 ko
Les deux amis, Patrick Amarino (au premier plan) et Fréderic Montels ont passé une partie de la nuit à remplacer leur moteur de 900Z pour être prêts pour la manche de jour du dimanche.

Après s’être classé 17ème lors des essais qualificatifs, la tension monte au sein du gratt’ team. Au moment du départ en épi, un pilote perd le contrôle de sa machine, s’encastre dans le mur et provoque un strike. Malheureusement la N°34 fait partie du lot.

Loin de s’avouer vaincus après tout ces efforts, Patrick et Frédéric s’attellent à remonter la fourche qui est tordue. D’autant que la Z900 de Patrick attend sagement dans le fourgon pour être désossée en cas de problème.

45 minutes plus tard Fred repart au guidon de la moto, avec un fourche changée pour effectuer 10 tours... avant de rentrer au stand en poussant seul sa moto. Verdict : chaîne de distribution cassée... Le rêve prend-t-il fin ?

Dimanche matin, nos deux acharnés, ont récupéré le moteur de la moto de Fred. Et repartent
pour la seconde manche avec 25 chevaux de moins sur le bolide. Faute de puissance elle termine 23ème de la seconde manche. Au cumul du classement, le Grat’team pointe à la 46ème position.

Une fois la ligne d’arrivée franchie, leur entourage a poussé un soupir de soulagement « Enfin c’est fini, il n’aura plus d’excuses pour ne pas rester à la maison » soupire Patricia, la femme d’un des deux pilotes.
Mais ce répit risque d’être de courte durée, puisque nos deux compères ont l’intention manifeste de re-signer pour la prochaine édition.

Fréderic Gay correspondante 01

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus