En images

Interdictions de circuler liées aux zones à circulation restreinte (ZCR), privatisation des radars, verbalisations par vidéosurveillance, routes concédées de plus en plus chères et routes publiques de moins en moins entretenues, port des gants obligatoire et plaque d’immatriculation standard… la liste est longue des griefs dénoncés par la Fédération française des motards en colère varoise (FFMC 83). Cette dernière a donc invité les motards de la région à manifester, le samedi 10 juin 2017, pour faire entendre leur colère à la veille du premier tour des élections législatives.

Se faire entendre
Ce sont donc près d’une centaine de motards, et quelques automobilistes, qui ont répondu présent pour faire entendre leur colère. Après le rappel des raisons de cette manifestation, ainsi que les indispensables consignes de sécurité, le convoi s’est mis en branle vers 14 heures.

Informer et convaincre
Klaxonnant et vrombissant, les motards en colère, partis du Palais des sports à Toulon, se sont dirigés vers le centre-ville. Durant leur parcours, les manifestants ont marqué trois arrêts : devant la mairie de Toulon, le Conseil départemental et sur la place de la Liberté. À chaque halte, les motards sont allés à la rencontre de la population, tracts en mains, pour l’informer de l’inflation des mesures de sécurité « rentière » qui se trament.

Les motards sont ensuite revenus au point de départ pour la dispersion de la manifestation. « Même si, en cette veille d’élection législative la mobilisation n’était pas des plus élevées, le ras le casque est de plus en plus visible chez les motards, souligne José Loubry, coordinateur de la FFMC 83. Sans nul doute, les mobilisations vont se poursuivre ».

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité