Seuls les tout premiers arrivants, au matin du vendredi 1er février, ont eu la chance de franchir les portes du plateau sous la pluie. Les suivants ont rapidement eu droit à de la neige en surabondance. Pour arriver au bivouac à la ferme le samedi, toutes les ruses étaient de rigueur : chaînes, cordes, colliers plastiques...

Une fois à destination et avant de retrouver les copains, reste encore l’épreuve du montage des « guitounes » alors que la neige tombe de plus en plus drue et que le vent redouble. Les feux de camps sont salvateurs. On s’y retrouve autour pour faire sécher les vêtements et refaire le monde. Il semblerait même que certains en aient profité pour se poser la question de savoir ce qu’ils « foutaient là ? »

Motos ensevelies
Une fois passée la surprise des motos littéralement ensevelies sous la neige dimanche matin, il est temps de replier les tentes pour échapper aux éléments déchaînés.
Certains motards ont réussi a quitter le plateau du Vercors par la Chapelle-en-Vercors ou par le col du Rousset avant qu’il ne soit rapidement bloqué. La route, recouverte de congères par le vent (un cousin du blizzard, localement dénommé la « Turle ») a rapidement paralysé le reste de la bande de joyeux drilles. Même le chasse-neige s’est tanké dés la fin de matinée.

Chaleureux accueil
Un gîte, avec une capacité d’accueil de 25 personnes, en a reçu près du double. Merci à Carole et Franck dont l’Auberge du Tetras, habituellement fermée le dimanche, a ouvert ses portes aux motards en perdition. Le maire de Vassieux a également ouvert sa salle des fêtes où la solidarité était bien présente le temps de laisser passer la tempête.

Lundi, la neige et le vent ont cédé leur place à un magnifique grand ciel bleu, de ceux qui donnent tout leur relief aux couleurs fantastiques des paysages du Vercors. Au fil de notre parcours enneigé, nous croisions, de-ci de-là, les side-cars et les motos abandonnés la veille dans la tempête. Nous avons aussi été dépassé à plusieurs reprises par les magnifiques bolides du rallye Monte Carlo Historique.

Un week-end gravé dans les mémoires...
Prenez date pour la 3e édition de cette hivernale hors pair. Elle aura lieu le premier week-end de février 2020. Attention, s’il y a beaucoup d’appelés, les élus sont rares, cette hivernale de l’extrême n’accueillant que 150 participants. Qu’on se le dise...

 

[(Vassieux-en-Vercors, petite commune de 300 habitants au sud du Vercors, est tristement connue pour le massacre perpétrée en 1944 de plus de 200 habitants par l’armée allemande comme le rappelle un mémorial et un musée de la Résistance... )]

 

 - 
Publicité

Commentaires (8)