En images

La KTM Duke 690 R de Florent Derrien : échappement Akrapovic La KTM Duke 690 R de Florent Derrien : moteur avec kit tuning La KTM Duke 690 R de Florent Derrien : phare xénon La KTM Duke 690 R de Florent Derrien : tripmaster Vector La KTM Duke 690 R de Florent Derrien : dérouleur électrique F2R

Florent Derrien a signé une belle 3e place scratch sur sa KTM Duke 690 R au rallye du Beaujolais, les 23 et 24 mai à Blacé (69). Nous avons fait, en sa compagnie, le tour de sa moto, afin de noter les différences entre une Duke stock et celle-ci, préparée pour la compétition sur route.

Florent, qu’est-ce qui change sur ta moto au niveau de la partie-cycle ?
Il faut dire avant tout que cette Duke 690 R est une machine prêtée par KTM France, via le concessionnaire Compte-Tours Motos à Toulon (83). Hervé Ricord, le boss, est un ancien pilote de rallye et c’est lui qui gère la préparation.

Au niveau de la partie cycle : du freinage aux suspensions, tout est d’origine. Mais il y a un gros travail sur l’amortisseur et la fourche, réalisé par Hervé en collaboration avec la société 4.42 à Venelle (13).

Sur l’amortisseur, après l’avoir légèrement rallongé, on a cherché à faire en sorte qu’il travaille efficacement surtout en début de course, tant en compression qu’en détente. Lors d’une succession de petites bosses par exemple, on arrive toujours à garder une bonne motricité et une bonne assiette de la moto. Ce dernier paramètre est très important, car il conditionne l’agilité du train avant. La fourche est bien sûr un peu plus ferme que l’origine, mais rien à voir avec les réglages d’une fourche pour le circuit.

Quels changements apportés à la transmission : peux-tu nous dévoiler tes secrets sur le nombre de dents sur pignon et couronne ?
Par rapport à l’origine, j’utilise en général une dent en moins sur le pignon avant et deux dents en plus sur la couronne.

Et sur les pneumatiques : quelle est la pression d’air idéale ?
Nous sommes sous contrat avec Continental et disposons de la gamme Race Attack sur le sec et de Road Attack 2 sur le mouillé. Il y a une très bonne collaboration entre eux et nous, car ils ne connaissaient pas les spécificités du rallye moto.

La pression utilisée est de 1,7 à l’arrière et 1,9 à l’avant. C’est nettement plus bas que les préconisations du manufacturier, mais en rallye on n’atteint jamais des vitesses extrêmes. Une pression plus basse permet aussi aux pneus de chauffer plus vite. Lorsqu’il pleut beaucoup, j’augmente légèrement la pression pour permettre une meilleure évacuation de l’eau.

Le moteur : des modif’ particulières ?
J’utilise le kit tuning que l’on trouve dans le catalogue KTM, à savoir un arbre à came (le même développé sur les monos du Dakar), pour avoir plus de couple à bas et moyens régimes, une boîte à air mieux dimensionnée, un échappement Akrapovic et une cartographie adaptée. Je ne gagne pas beaucoup de chevaux, mais tout cela rend le moteur bien plus plein à tous les régimes. Très important, je vidange celui-ci après chaque rallye.

Quels accessoires permettent de mieux appréhender la nuit et l’orientation ?
J’ai l’avantage de bien voir la nuit ! J’ai inséré une ampoule au xénon Big dans l’optique d’origine, placé en plus 4 feux à leds longue-portée, du catalogue KTM, et j’utilise aussi deux petits feux à leds pour les bas-côtés. Pour gérer ma route et mes temps, je dispose d’un dérouleur F2R électrique et d’un petit tripmaster Vector.

[(

Compte-rendu du rallye du Beaujolais 2015

Rallye du Beaujolais : grand chelem pour Laurent Filleton

En avant toute pour Laurent et Florent !

)]

Dans la boutique motomag :
Commandez le GPS des pilotes de rallye : TRIPY II : GPS + Roadbook digital

Publicité

Commentaire (1)