Bilan occasion

En images

Bilan occasion Suzuki 750 GSX-R : freins Bilan occasion Suzuki 750 GSX-R : refroidissement Bilan occasion Suzuki 750 GSX-R : suspensions Bilan occas Suz 750GSX-R : sportive conviviale

Depuis sa sortie en 1985 (présentation fin 1984), les quatre lettres de son appellation sont devenues l’emblème des sportives radicales. Suzuki est d’ailleurs la seule marque à n’avoir pas déserté le créneau, jadis prolifique, des « sept et demi ». Plus vive et moins sensible au bridage que la 1000, cette GSX-R ne rechigne jamais à prendre la route et peut encaisser de forts kilométrages, sous réserve d’un entretien méticuleux. Tout aussi incisive et performante que ses cousines, elle permet aux amateurs avertis de chevaucher un pan de l’histoire motocycliste. Pour autant, ce n’est pas un engin à mettre entre toutes les mains.

A surveiller :

Si la réputation de fiabilité de la 750 GSX-R n’est plus à faire, il n’en demeure pas moins que certains mauvais traitements (telle une nuit au rupteur dans le camping du Mans…) et/ou des modifications hasardeuses à base de pièces soi-disant « miracles » peuvent compromettre cet axiome. Éviter toute machine modifiée au niveau électrique (boîtier d’allumage additionnel, sondes supprimées, débridage « maison »…). Entre 1998 et 2007, le tendeur de distribution peut s’avérer fragile (patins usés, ressort cassé…).

Pas de bruit

Traquer tout bruit anormal à froid (chaîne de distribution détendue). Par sécurité, au delà de 50.000 km, mieux vaut ne retenir qu’un engin dont la distribution a été rénovée. La commande d’embrayage doit rester douce et progressive et aucune vibration excessive ne doit accompagner les montées en régime (risque de cloche cassée, surtout entre 2004 et 2006). Entre 2000 et 2004, plusieurs dysfonctionnements de la rampe d’injection ont été recensés (moteur des papillons secondaires HS, câbles cassés…). L’avarie engendre des à-coups à l’accélération et une surconsommation de carburant (le témoin d’alerte injection doit s’allumer). Sur les modèles 2006 et 2007, la valve d’échappement peut se gripper (défaut de graissage), ce qui engendre généralement un grincement anormal à la mise du contact. À

Régulateur

A partir de 2008, une mauvaise série de régulateurs a été normalement remplacée sous garantie. Tous millésimes confondus, s’assurer que les bougies d’allumage ont été remplacées tous les 12 000 km maximum (préconisations constructeur). Enfin, contrôlez l’alignement des pièces d’habillage (révélateur de chute) et privilégiez un modèle en peinture d’origine même si elle ne s’avère pas très résistante (rayures).

Points faibles :

Pour les vacances, les propriétaires sont unanimes : il faut confier les bagages au (à la) passager(e) et déposer le tout à la gare la plus proche sous peine de célibat prématuré ! Plusieurs utilisateurs prudents soulignent que malgré la convivialité de l’engin (voir Pts forts), mieux vaut éviter de prendre le guidon un matin de petite forme car il ne se plie pas à l’usage « utilitaire » et ne tolère aucune approximation.

Complexe

Les propriétaires qui découvrent l’univers des sportives au guidon de cette 750 cm3 s’avouent parfois désappointés face aux multiples possibilités de réglage des trains roulants, et surtout aux réactions parasites néfastes à la tenue de route en cas de tâtonnements hasardeux. Un passage par la case « professionnel » s’avère parfois indispensable pour remettre la machine sur ses rails.

Protection

Une majorité de propriétaires regrette d’avoir eu besoin de recourir au montage d’une bulle plus haute pour pallier au déficit chronique de l’équipement d’origine en matière de protection. Enfin, tous les utilisateurs déplorent qu’il faille prévenir le banquier avant chaque révision (tous les 6 000 km) et lors des changements de consommables (très fréquents !).

Points forts :

Même si certains « GSX-Ristes » ne jurent que par les évolutions de la dernière mouture, les commentaires enflammés concernent absolument tous les millésimes et tendent à prouver qu’il n’y a pas de « meilleur choix » en la matière. Car en dépit de toutes les améliorations apportées, cette 750 cm3 ne se départit jamais d’une certaine forme de convivialité, qui la rend plus agréable sur route que la majorité de ses concurrentes, et idéale pour s’initier en douceur au pilotage sur circuit. Pour le néophyte, cette unanimité est synonyme de sérénité au moment du choix.

Tous millésimes

Quelle que soit l’année, une « Gex » ne déçoit jamais ! Toutes générations confondues, l’engin profite d’un châssis très rigoureux, que le conducteur peut affiner à sa guise grâce aux réglages de suspensions. Et depuis l’arrivée de l’injection, la GSX-R est devenue un monstre plutôt facile à apprivoiser, ce qu’apprécient les conducteurs peu expérimentés. Fougueuse comme il se doit lorsqu’on le lui demande mais assez docile pour se fourvoyer en ville sans ruades intempestives. Enfin, les utilisateurs apprécient de pouvoir transporter leur antivol en U sans problème (emplacement sous la selle).

Au baromètre de l’occasion :

Malgré une offre assez étoffée, la 750 GSX-R reste une machine assez convoitée sur le marché de la seconde main. Les modèles en bon état d’origine et à l’historique limpide sont généralement affichés 5 à 10 % au-dessus du tarif de référence. Comme il se doit, toute modification (échappement, allumage, peinture…) entraîne une baisse significative des cours.

Délai de revente : 1 à 2 mois
Premier prix en occasion : 3 000 €
Exemplaires immatriculés : 12 000

Commentaire (1)

Infos en plus
Publicité