En images

Dunlop Sportsmart TT Dunlop Sportsmart TT Dunlop Sportsmart TT Dunlop Sportsmart TT Dunlop Sportsmart TT Dunlop Sportsmart TT

« Imaginé pour la piste, efficace sur la route ». Voilà, en substance, le leitmotiv du service marketing de Dunlop durant cette courte présentation à la presse des nouveaux pneus hypersport Sporsmart TT.

Boosté par les roadsters
Ceci posé, nous nous sommes demandé pourquoi Dunlop relançait un pneu mixte piste/route, destiné aux motos sportives, alors que ce segment est plutôt moribond. Mais à la vue des courbes du marché du pneumatique, présenté par le staff Dunlop, il semblerait, surtout depuis 2015/2016, qu’une forte demande, dopée par les roadsters, persiste pour ce genre de gomme.

Combler un vide
Or Dunlop n’avait plus de gommes de ce type à son catalogue. Soit, il fallait « taper » dans les gommes hypersport Racing (GP Racer D 212), soit dans du pneu moins extrême (Sportsmart 2 Max). Voilà qui explique l’arrivée du nouveau Sportsmart TT (au fait, TT c’est pour « Track Technology », pas pour « Tourist Trophy »…) qui trouve sa place entre les deux gommes citées ci-dessus.

Au guidon
Au roulage, dans un premier temps sur route trempée, il a été difficile d’évaluer le travail du pneu, même s’il m’a été possible de constater que sa tenue était plutôt correcte et que les quelques pertes d’adhérence s’effectuaient suffisamment en douceur pour permettre d’anticiper un contre-braquage ou une remise en ligne.

Métronome
C’est alors en mode séchant, sur le circuit de Monteblanco en Espagne, que j’ai pu évaluer ce nouveau pneu. Son comportement a été un vrai sans-faute ! Gros freinages en ligne, entrée en courbes sur les freins, tenue de cap sur l’angle et accélérations musclées... le Dunlop Sportsmart TT a parfaitement interprété sa partition.
Plein angle, j’ai vraiment « senti » la rigidité de la carcasse, ainsi que le profil avant du pneu qui offre une neutralité bienveillante : la moto ne tombe pas à la mise sur l’angle, et se redresse sans trop de contre-braquage. Quant à la gomme, elle n’a montré aucune faiblesse (ripage, dérapage) sur les remises de gaz en sorties de courbes.

Faire baisser la pression
Les pilotes les plus aguerris peuvent abaisser la pression du pneu arrière jusqu’à 1,5 bar (à froid et seulement sur piste) pour gagner en motricité, la carcasse NTEC RT étant étudiée pour encaisser cette contrainte. Mais pas touche au pneu avant qui, construit autour d’une carcasse standard, impose des pauses entre les sessions pour souffler.

Des défauts ? Oui, un seul. A basses vitesses, le train avant semblait un peu « lourd » au guidon même s’il faut reconnaître que son domaine de prédilection est plus le tourisme rapide que la maniabilité lente entre les files de voitures.

Bilan
Au final, après avoir roulé avec une BMW S 1000 RR et une plus surprenante BMW Nine T Racer (voir la vidéo ici), sur route et sur piste, nous pouvons conclure que le nouveau Dunlop Sportsmart TT est un pneu qui remplit parfaitement sa mission. Reste à évaluer son usure sur le moyen terme.

Les concurrents :
Avon 3D Ultra Supersport
Continental ContiRaceAttack Comp. End.
Bridgestone RS10
Metzeler Racetec RR K3
Michelin Power RS
Pirelli Diablo Rosso Corsa

Publicité

Commentaire (0)

Publicité