Présentation

En images

visuel visuel visuel visuel visuel

On garde donc le faux cadre rigide sur l’arrière, sauf que là, l’ensemble selles / garde- boue est monté sur une boucle de cadre plus classique. Et pour qu’un « Cruiser » soit dans la norme du genre, Triumph a monté des commandes avancées au pied et un large guidon « beach bar ». On note aussi une nacelle de phare spécifique, un réservoir d’inspiration Bonneville classique plus gros que sur le Bobber (3 litres de plus) et une jante avant de 16 pouces, encadrée par une paire de disque et d’étriers Brembo (comme sur la Bobber Black). En revanche, la fourche reste en 41 mm sur ce modèle.

Le cruising tranquille
Question ergonomie, ça le fait… Bras écartés, pieds en avant, on se voit déjà en train de cruiser tranquillou sous un beau soleil d’été !

Ce modèle se déclinera en deux « versions » accessoirisées, la « Maverick » et la « Highway ». La première est clairement orientée « roots » : guidon bas, échappements spécifiques, selle en cuir surpiquée et pleins d’autres détails sympas. La seconde joue la carte du grand tourisme avec un large pare-brise, des sacoches latérales en coton huilé, des selles « confort » et d’autres détails chromés…

Comme un Bobber Black
Côté technique, ce modèle offre exactement les mêmes équipements que la Bobber Black. Les coloris disponibles seront Jet Black, Cramberry Red, et bicolore Noir/blanc avec filets. Quant aux tarifs, rien pour le moment… Mais cela tournera sûrement autour des 14 000 €.

Publicité
Publicité