Présentation

Acteur historique dans le secteur de la moto électrique - l’entreprise californienne a été créée en 2006 - Zero, a dévoilé à Amsterdam le 25 février la SR/F, une machine qui fera probablement date.

De la beauté de la batterie
Si l’on pouvait reprocher jusqu’alors à Zero l’esthétique singulière de ses modèles, la SR/F redéfinit le genre en puisant très sensiblement dans l’univers traditionnel de la moto thermique. Ainsi la SR/F est un bon gros roadster dont le gabarit impressionne notamment du fait de la largeur de son faux réservoir (qui abrite un espace de rangement). Outre le dessin soigné des platines repose-pied et du bras oscillant banane à articulation concentrique, notons aussi la richesse de l’équipement avec par exemple le recours à une centrale inertielle Bosch (Bosch Motorcycle Stability Control) qui se charge de l’ABS, de l’antipatinage et du régulateur de couple. Le double disque à l’avant à étrier J Juan à fixation radiale ou encore le cadre en treillis tubulaire qui laisse pleinement apparaître la batterie sont du plus bel effet. Une volonté assumée de Matthew Bentley, directeur du design : « Nous aurions pu décorer la batterie pour lui donner des airs de moteur thermique, mais nous refusions de commettre ce crime ». C’est dire si l’on est fier de son dernier bébé chez Zero (sans doute un peu moins des commodos trop massifs ou des clignotants très cheap).

Du marketing à la réalité
La batterie, parfaitement visible à travers les jours qu’aménage le treillis tubulaire, est une ZF14.4. Ce modèle, déjà exploité sur d’autres modèles, aurait été optimisé pour la SR/F afin d’améliorer son autonomie et son temps de recharge. Et effectivement les chiffres annoncés lors ce cette soirée de présentation à Amsterdam sont exceptionnels : 300 km d’autonomie en 1 heure de charge. Oui, vous avez bien lu, vous aurez à peine le temps de déjeuner que votre monture accumulerait suffisamment d’énergie pour (presque) un Montpellier-Nice. Des chiffres bluffants - dont s’est évidemment emparé le service marketing de l’Américain - mais qu’il convient de relativiser. Tout d’abord parce qu’on sait d’expérience qu’il y a toujours un gap entre l’autonomie annoncée et la réalité. Ensuite parce que ces 300 km et cette heure de charge ne font pas partie de la dotation d’origine de la machine et ne sont accessibles qu’à condition d’y rajouter des options qui font grimper son prix. Ainsi ces 300 km s’entendent sur un parcours exclusivement urbain et à condition de rajouter le Power tank qui offre 3,6 kW supplémentaires (+3500 € sur une Zero S par exemple). Quant à cette heure de recharge, elle impose l’option charge rapide 6 kW (+3000 €).

Caractéristiques électrisantes
Ne boudons pas pour autant notre plaisir. Les caractéristiques de cette nouvelle Zero, même privée de ses précieuses options, restent - sur le papier - impressionnantes. Ses 110 chevaux (à 5000 tr/min) développés par son moteur ZF75/10 en font la moto la plus puissante de l’histoire du constructeur. Son couple de 190 Nm est plus important que celui d’une Honda 1800 Goldwing qui « plafonne » à 170 Nm. Sa vitesse maximale est atteinte à 200 km/h. Enfin son autonomie en usage combiné ville/autoroute (à 113 km/h) serait de 175 km. Quant au temps de charge complet dans la configuration de base (sans l’option charge rapide donc), il serait de 4,5 heures pour la SR/F standard et de 2,5 heures pour la Premium.

Type 2
Le secret du bond réalisé en matière de temps de recharge tient à la présence d’une prise de type 2 (Mennekes) à l’avant du "réservoir". Le recours à cette prise - dont les débuts ont été difficiles en France - nous apprend le site automobile-propre - a aussi un inconvénient : il interdit de recharger sa Zero sur la prise secteur de sa maison (à moins d’acheter l’adaptateur mural à 525 € !).

Communicante
La nouvelle Zero est également communicante. Elle s’appuie pour cela sur le système d’exploitation maison Cypher III qui envoie des infos à son propriétaire sur l’état de charge, mais lui signale également tout mouvement suspect de la moto, toute chute ou toute rupture de charge. Cet OS est également capable de s’occuper des mises à jour logicielles de la machine, évitant ainsi de multiplier les passages chez le concessionnaire. Zero s’est montré particulièrement fier de proposer la première moto ainsi équipée sur le marché (petit coucou au passage à la Harley-Davidson LiveWire qui sera disponible à la vente après la SR/F prévue en concession au printemps).

Cher, mais pas tant
Reste la question du prix dont on sait qu’il pique toujours un peu quand on cause électrique. Dans sa version standard 3 kW, la SR/F est proposée à 20.690 €. En version 6 kW (charge plus courte donc + poignées chauffantes + tête de fourche et embouts de guidon alu), elle est à 22.890 €. Deux coloris sont disponibles, bleu et rouge. Alors prêt à sauter le pas ?

Abonnement newsletter

  • Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à la newsletter de Motomag.com

Publicité