Sujet

Anonyme
le 18 juin 2012 à 08:31

La saga des GS : comparo BMW R 80 GS, R 100 GS, R 1150 GS et R 1200 GS

Les cargos de la route. Présentée en 1980 au salon de Cologne, la BMW R 80 GS jette les bases du trail bicylindre polyvalent. Presque trente ans plus tard, il y a toujours une GS au catalogue et c’est même le modèle BMW le plus vendu au monde. Vingt-sept ans séparent la R 80 de sa plus récente descendante. Nous l’avons invitée à se dégourdir les bielles en compagnie d’une R 100 Paris-Dakar, d’une 1150 et d’une 1200.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 5 octobre 2012 à 10:42

La saga des GS : comparo BMW R 80 GS, R 100 GS, R 1150 GS et R 1200 GS

J’ai eu en premier lieu une R100GS dont je suis tombé amoureux, de part sa légèreté sur petites routes, et sa capacité à encaisser n’importe quel changement de trajectoire en virage. Très instinctive, il fallait juste l’"arranger" un peu coté esthétique, car dans le genre look agricole, elle était au top, avec ses fourreaux de fourches jaunes... Malheureusement, comme vous le dites avec justesse, elle avait un gros problème de conception à la transmission, avec un débattement trop important du bras, qui appuyait trop fortement sur le roulement de boîte. Celui-ci déclarait forfait rapidement. Un motociste aujourd’hui tristement fermé, Arcueil Motor, proposait « d’usiner » la roture du bras pour qu’il ne pèse plus sur le roulement, et ça marchait parfaitement. Après, je suis tombé raide dingue d’une 1150 GS bleue et blanche, que j’ai longtemps gardé. Aujourd’hui, je roule en GSA 1150, et je trouve cette GS exceptionnelle. Son look de croiseur, sa capacité à enfiler des heures de routes sans fatiguer son pilote, tout en gardant son « instinct » en virage… Les routes des grandes Alpes en GS, c’est un moment inoubliable –essayez, vous verrez ! - tant cette moto « vit » dans les lacets gravillonneux avec joie. Elle est proprement diabolique dans les pif-pafs, et ne craint pas grand chose. En tout-terrain, il faut regarder loin et anticiper, sinon, compte-tenue de son poids, c’est la chute assurée. Et sur une BMW, la facture est salée. Reste le problème récurrent des nombreuses options obligatoires, qui sont ni plus ni moins que de la vente forcée. Pour peu que l’on veuille une moto sans trop d’électronique…. Comment fait-on ? OLIFLAT.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 juillet 2012 à 14:08

La saga des GS : comparo BMW R 80 GS, R 100 GS, R 1150 GS et R 1200 GS

N’auriez-vous pas oublié le R1100GS qui marque pourtant l’entrée du flat dans l’ère moderne des boxer ???

Répondre à ce message