Sujet

Rabah Kounine
le 10 avril 2015 à 16:43

Essai Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

Année après année, la V7 se bonifie : le millésime 2015 est doté de l’ABS et d’un contrôle de traction pour limiter le patinage de la roue arrière. Pas forcément inutile sur le gras, et en rien contradictoire avec le plaisir de conduire ce vivant V-twin.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 8 juillet 2017 à 00:05

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

Je plussoie, pour tout (même le fait de trouver une Bréva) !

Répondre à ce message
auteur
fcoulombeau

le 4 juillet 2015 à 17:01

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

Je suis d’accord qu’il manque un peu de pêche pour certaines maneuvres mais il suffit de réfléchir un peu plus avant d’agir. Pour le pneu arrière, je ne pense pas que la version II ait amélioré quelque chose : je n’ai même pas atteint les 7000 kms avant de devoir changer l’arrière.

Répondre à ce message
auteur
Gallinéo

le 12 juin 2015 à 10:30

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

lire 40 cv, désolé

Répondre à ce message
auteur
Gallinéo

le 12 juin 2015 à 10:27

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

Juste trop basique, pourquoi ne pas descendre a 50CV comem un scooter ?

Répondre à ce message
auteur
beber

le 10 juin 2015 à 08:00

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

On peut s’interroger sur la nécessité de l’anti-patinage, mais après tout, qui ne s’est jamais laissé avoir sur les bandes blanches (et encore maintenant, c’est mieux qu’à l’époque des bandes en plastique) ?
Évidemment, on peut être tenter de placer sa fierté dans le fait d’avoir appris à piloter en se passant des aides électroniques au pilotage, mais c’est peut-être de la fierté mal placée. Si le poids ne s’en ressent pas trop et si le système est fiable et efficace, pourquoi pas ? Idem pour l’ABS. En plus, la V7 est bien dimensionnée pour la ville et le péri-urbain, zone d’utilisation où les traînées de gas-oil envoient bien des motards au tapis.

Donc je pense qu’on doit plutôt féliciter Guzzi de tenter le coup de proposer de telles aides sur une machine aux prétentions modestes. Même si l’invasion de l’électronique est parfois perçue comme un peu chiante, n’oublions pas que l’intensité du trafic multiplie les risques.

Un petit correctif à mon intervention précédente : la Bellagio n’est pas une Calif rétrécie mais plutôt une Breva 850 gonflée et relookée en Califo-sportster. J’ai essayé, ça marche super bien, mais ce qui est rétréci, c’est la plage passager : décidément, les designers aiment bien faire payer plus pour avoir moins, et le pire c’est que nous marchons.

Espérons seulement que Guzzi va bien vite combler le trou entre la mini V7 et les mahousses 1400 pour motards riches. Madame Guzzi, proposez-nous vite une Eldorado à 220kgs et 12000€. Ça fera le même prix au kilo mais vous éviterez de désespérer votre public !

Répondre à ce message
auteur
Gallinéo

le 22 mai 2015 à 09:06

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

Patinage de la roue arrière, c’est pour quand il pleut ?

Répondre à ce message
auteur
paulovox35

le 19 mai 2015 à 07:57

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

bonjour posszszur d’une 1200 j ai essayé la stone et surprise le panard
pl c’est pas puisant mais comme le coupleest placé bas ça arrache bien
le son est typique guzzi. Avec des pots mistral ou agostini cela doit devenir top (comme la 12s)
elle corrige le défaut du 1200 le poids en manoeuvre à pied.
Pour celui qui roule en solo c’est bien assez puissant pour se faire plaisir. son domaine la ville mais surtout les virolos nez au vent.
le plaisir sans se prendre la tète j’adore

Répondre à ce message
auteur
beber

le 16 mai 2015 à 09:24

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

J’ai eu une Calif et une Breva 750. Cette moto est juste la poursuite de la très très lente évolution pour la modernisation et fiabilisation de la 500cc V50 des années 70 (160kgs avec freinage intégral et 47CV), le grand pas ayant été fait avec la 750 Breva (50kgs 180 kg plus de freinage intégral mais injection). À un ou deux CV près, la puissance est donc restée la même que la 500, et la moto a juste pris (un peu) d’embonpoint, puisque pour maintenir la puissance il a bien fallu rajouter des choses.

Guzzi ne peut pas mettre un autre moteur dans ce tout petit cadre, pas la place pour installer une réédition du Bellagio (une calif amaigrie) ou du 850 Breva (le même que les 1100 Breva, rien à voir avec le 750). L’usine ne peut pas non plus augmenter la puissance : l’ensemble moteur-boite n’a pas été conçu à l’origine pour supporter plus que les 50cv. Je suppose qu’ils ont dû essayer et constaté que ça casse au delà. Bon, rajouter une vitesse, optimiser le berlingot, c’est bien. Une moto à coup sûr sympa et efficace en ville et sur petites routes, mais oubliez nationales et autoroutes, qui plus est à 2. Résultat : c’est un peu cher mais c’est joli. Et le son Guzzi, même modeste est vraiment un plus au quotidien.

On peut rêver que Guzzi fasse une vraie moto à partir de la Bellagio qui n’a pas pris. Mais Guzzi n’a jamais été à l’écoute de ses adeptes..

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 15 avril 2015 à 23:38

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

J’ai beaucoup aimé la Breva 750 bien plus ergonomique et confortable que la V7 (la 1ière version, en tout cas). Dommage que ces caractéristiques aient été sacrifiées au profit de l’esthétique et que le défaut de la suspension arrière, déjà présent sur la Breva, n’ait pas été corrigés.
Et qu’est-ce que Guzzi attend pour mettre un vrai moteur (le 900 de la Belluga) dans ce cadre ? Ce 750 manque cruellement de pêche dans certains cas (duo, dépassements, longs trajets...) Dernière critique (parce que je l’aime bien tout de même) les problèmes de démarrage dès qu’on ne roule pas quotidiennement et la consommation de pneus arrières. Mais peut-être était ce dû à l’inclinaison du moteur et que la V7 II sera moins gourmande en gommes !
Allez, peut-être que je finirai par trouver une belle Breva.

Répondre à ce message
auteur
lucasleretour

le 10 avril 2015 à 23:20

Moto Guzzi V7 II Stone : plaisir de rouler

un vrai retour aux sources, avec une technologie basique moderne ,un beau bruit à l’ancienne

Il m’a fallu quarante années que je franchisse le pas et me laisser séduire cette belle italienne .

Répondre à ce message