Sujet

Axel
le 1er mars 2017 à 16:29

Essai Yamaha TMax SX : toujours le Maximum ! (+vidéo)

Leader incontesté parmi les scooters sportifs, le TMax continue d’évoluer. Pour 2017, Yamaha nous en propose trois déclinaisons. Un modèle modèle de base, le sportif SX testé ici et le routier DX, à découvrir dans le prochain Moto Magazine.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Gallinéo

le 5 avril 2017 à 16:14

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

c’est un délire ce prix... Ils risquent de m’attendre.

Répondre à ce message
auteur
bucheront

le 3 avril 2017 à 23:46

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

12000€ la carcasse de 47 bourrique,avec une courroie dont ont peut dire que c’est vraiment un consomable qui coute la peau du fion(ben ouais,la double chaine en bain d’huile,not good for the bisness)....Faut pas pousser !
2000 balle plus cher qu’une deauville....
pour plus de sport il y a la f800 BM,et avec 2000€ d’option,ça devient sympa,et vous avez une courroie....
Autant quand le premier modele est sortie,le prix etait délirant,mais la ont atteint des sommets !
Il y a du olhins a ce prix ? Niet ! brembo ? meme pas en reve.....
Enfin tant que ça flattera l’égo du banlieusard a la recherche d’un attrape nana,ou du bobo’s super hype,yam na qu’a faire son beurre....
Je ne suis pas allergique au scoot....
Qui n’a pas passer des heure a chercher le poid idéal de ces galets sur 103 sp,rcx,mbk etc....
faut pas exagérer...
Si ça continue il va finir par faire pratiquement le prix d’un pan....
Faut gardé les pied sur terre...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 21 mars 2017 à 23:53

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

"En fait, le gros point noir du TMax, c’est son prix : 12 299 € pour ce SX. Une somme qui fait tousser le motard, mais peut devenir acceptable si l’on raisonne utilitaire et location longue durée…"

Je savais pas qu’un Tmax était considéré comme un utilitaire par ses propriétaires...

"Peut devenir raisonnable si l’on raisonne location longue durée" .... : Je sais que la presse papier est plutôt en passe d’être supplanté par le numérique mais je savais pas que motomag avait besoin de vanter le mécanisme de financement de Yamaha dans un article...

Sinon je suis d’accord avec gromono même si je possède un maxi scooter pour raison professionnelle. Et non ce n’est pas un Tmax.

V à tous.

Répondre à ce message
auteur
PENIBLE

le 9 mars 2017 à 17:03

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Mais je suis tout à fait d’accord avec toi sur tous ces points ! Mais justement, le caisseux qui s’offre un scoot 125, il a la pratique de la route (que n’a pas un jeune conducteur, moto comme auto) : Soit c’est un "vieux" caisseux qui a passé son permis avant 2013, soit c’est un caisseux de plus de deux ans qui peut passer les 7 heures de stage. Il a la prtique de la route mais il n’a pas la pratique de la "technique" deux roues. La seule différence avec un "vrai" motard, aussi caisseux pour la plupart du temps, qui a passé le permis moto, c’est justement cet unique enseignement qu’il a reçu de la technique de conduite d’un deux roues, qui ne sert qu’à obtenir le permis certes, comme une médaille en chocolat, mais c’est mieux que rien.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 8 mars 2017 à 19:17

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Pénible, tu mélanges 2 choses, la formation, et le diplôme qui le sanctionne (le permis). Ce sont 2 choses différentes. La formation devrait enseigner la conduite en sécurité d’un véhicule. Or, actuellement, elle enseigne...à réussir l’examen.
Or, cet examen est (quasi-)uniquement axé sur la maitrise technique du véhicule. Or, comme expliqué précédemment, ce sont ceux qui maitrisent le mieux leur véhicule (les jeunes conducteurs) qui se plantent le plus. Donc la problème est ailleurs, la formation n’est pas adaptée. Un peu comme si on formait des carreleurs pour ensuite faire de l’électricité. D’ailleurs, dans le même esprit, si la maitrise technique suffisait à avoir une meilleure sécurité, on n’aurait pas eu autant de pilotes moto qui seraient morts dans des accidents de la route.

Tu vois, c’est un peu comme pour les motos elles-mêmes : avec un raisonnement simple, on pourrait se dire que les motos sportives étant celles étant les plus évoluées et ayant les meilleures capacités dynamiques, elles devraient être les plus sures, pourtant ce n’est pas le cas. C’est pareil pour les conducteurs : avoir une très bonne maitrise ne garantir rien.

La seule garantie, c’est d’avoir un niveau de compétence supérieur à celui qu’on croit avoir. C’est cela qui permet d’avoir une marge de sécurité, afin de palier à un imprévu. Si tu es bon, mais que tu crois être très bon, tu finis par te planter.

Répondre à ce message
auteur
Jack Célère

le 8 mars 2017 à 15:02

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

J’en dis, Gromono, que je ne suis pas d’accord, même si ce que tu dis est beau comme du Platon. Pour moi, un deux-roues : c’est un guidon avec un accélérateur à poignée tournante, c’est la joie d’accélérer fort avec une petite rotation de la main, et c’est enfin le plaisir de pencher dans les virages. Point final. Je ne fais pas de différence entre une mob, un scoot et une moto.
Arrête la discrimination. Ce sont des critiques d’un autre âge.

Répondre à ce message
auteur
PENIBLE

le 8 mars 2017 à 08:32

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

C’est pas faux non plus ce que tu dis Fred, mais arrête moi si je me trompe la FFMC défend ardemment la formation et la prévention (plutôt que la répression). Et même si on n’empêchera jamais les jeunes d’être "fougueux", et pas seulement en moto, c’est aussi valable en voiture, en avion, en sports extrêmes, je pense que la formation commence au permis, et comme le soutien la FFMC, que cette formation doit être la plus solide possible. Quand mes enfants ont passé leurs permis, je leur ai immédiatement payé un stage complémentaire sur LEDENON lors du permis AL et un autre lors du permis A. Quand je vois des automobilistes dans nos métropoles modernes "passer" au scooter 125 ou au tricycle et emmener leurs enfants, tout petits, à l’école, en commettant des fautes grossières qui sont enseignées seulement lors du permis A (et pas au permis B), ça m’inquiète, et quand je dis "pour les autres" ça commence par le passager et les piétons. Sinon, pourquoi un permis ? Moi qui ai les permis A, B, C et la PPL avec qualifications (licence de pilote d’avions de tourisme) ça voudrait dire qu’un automobiliste serait capable de conduire un 38 tonnes ? Capable oui, mais sans danger c’est autre chose. Et qu’avec une licence ULM tu pourrais emmener des passagers en avion la nuit et par mauvais temps ? Capable, oui, les règles de base de l’aéronautique s’appliquent de l’ULM à l’airbus, mais sans danger, la aussi c’est autre chose.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 7 mars 2017 à 19:14

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

"la formation obligatoire récompensée par l’obtention du permis A qui permet de maitriser correctement son véhicule et de ne pas mettre en danger les autres"

elle est super drôle celle là. Car bizarrement, les tués, ils sont plus en panigale qu’en scooter. D’ailleurs, ceux qui maitrisent le mieux leur moto, ce sont les jeunes conducteurs (si si, essayez donc de faire les parcours du plateau après 10 ans de permis !). Et pourtant, ce sont les jeunes conducteurs qui ont le plus fort taux d’accident. Donc le terme "récompensée" est tout à fait adapté. Car le joli papier rose, il ressemble plus à une médaille en chocolat qu’a une garantie que son propriétaire est un bon conducteur

Répondre à ce message
auteur
PENIBLE

le 7 mars 2017 à 17:23

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Moi je vois surtout une différence entre les deux roues et tout ce qui en a plus. La grosse différence étant la formation obligatoire récompensée par l’obtention du permis A qui permet de maitriser correctement son véhicule et de ne pas mettre en danger les autres. Mon associé roule en MP3 avec le permis B et ça fait vraiment peur. Perso si je ne suis pas scooter c’est que je ne me sens pas bien dessus, pas à l’aise, en fait je crois que c’est le réservoir qui me manque. J’ai un cousin en Italie qui roule au quotidien en aprilia 850, je l’ai essayé et j’avoue que ça envoi pas mal (75cv) dans la circulation et que l’automatisme est bien agréable. Après je pense que pour l’usage que j’en fais un gros roadster routier ou un gros scoot auraient chacun des avantages et des inconvénients : Je n’ai plus de boite à roues depuis 1998, jusqu’à l’année dernière je faisais 30.000 km/an pour le boulot : villes/périphs/routes de plaines et de montagnes/autoroutes, avec dossiers, ordinateur portable et "tenue de travail" à transporter. Pour cela depuis 1993 j’ai utilisé des gros flats BM roadster (je ne supporte pas les carénages GT (style RT) et je n’aime pas trop les bécanes hautes (style GS). Je ne suis pas sur qu’un scoot soit prêt à encaisser autant de kilomètres aussi variés ni qu’il ai les capacités de charges de valises + sacoche de selle passager + mega top case. Après bien sur l’automatisme serait bien agréable, et puis à mon âge c’est sur que c’est plus facile pour s’asseoir dessus que pour monter sur ma R1200R ou ma panigale :-)

Répondre à ce message
auteur
fk67

le 6 mars 2017 à 16:23

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Personnellement je suis "né" motard (dans ma jeunesse : indifférence aux voitures et frissons en regardant et écoutant les gros cubes).
J’ai deux bécanes (roadster hyper sportif et... un custom) et cela ne m’empêche pas au quotidien de rouler sur un scooter 400... Ben oui. Y’a un grand coffre et même un top caisse bref de quoi mettre mes affaires au quotdien. Alors, on pourra toujours me dire que l’on peut mettre un top caisse et des valises sur une bécane. C’est vrai, j’ai même vu un top caisse sur une ducati panigale... et là non. C’est pas possibible pour le motard que je suis. Donc si je veux un utilitaire, et bien je roule en scoot. Et j’avoue que le Tmax, je suis tenté car question ligne et performance, je pense qu’il est à même de me faire plaisir à chaque fois que je monterai dessus. Car c’est ça être motard : avoir la banane sur son 2 roues et préférer être dessus même quand y pleut que de prendre la bagnole de ma femme. Bref, peu importe le flacon du moment que l’on ait l’ivresse.

Répondre à ce message
auteur
Patrice333

le 6 mars 2017 à 14:40

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Salut à tous.

Belle analyse Gromono, joliment écrit, et je partage ton point de vue, totalement.
C’est vraiment deux mondes pour moi, pas incompatibles, évidemment non, mais avec le seul point commun d’avoir deux roues (ou trois...), mais la philosophie est vraiment différente...mais tu l’as écrit fort bien...

Pour rebondir sur "on naît motard ou pas", ben moi je ne sais pas si je suis né motard, mais d’aussi l’oin que je me rappelle...la moto, une obsession..
Mes parents m’ont toujours dit qu’une simple promenade, tout gamin que j’étais, c’était obligation de s’arrêter devant chaque moto garée, regarder le compteur (et oui elle va à ....le chiffre du compteur :)
Ensuite le permis Al, 80cm3, puis A et après...le B, les premières années avec juste une moto etcet.
Bref, je crois qu’on peut naître motard :)))) et pourtant ...le vide em matière de motard autour de moi, absolument personne quand j’étais gamin...
Mais suis pas certain qu’on peut naître scootériste, scootriste, scootoriste ? merde sais pas comment on dit ;)

Répondre à ce message
auteur
Gromono

le 6 mars 2017 à 09:38

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Fred,
bien sûr, on ne nait pas motard... mais peut-être qu’il y a des déterminants chez certains individus qui mènent à la moto, laquelle n’est qu’un vecteur par rapport à ces déterminants qui seraient, en gros, un attachement farouche à la liberté, un refus des conventions, du consensus et des normes, une recherche d’intensité dans sa façon de vivre, des trucs qui marquent justement la différence avec les motivations des scootéristes, lesquels sont d’abord plus attirés par les aspects pratiques de leur véhicule.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 6 mars 2017 à 00:24

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

mouais, quand on sait que la moyenne de pratique de la moto est inférieure à 10 ans, je doute quand au fait que la majorité des motards considèrent qu’être motard fasse partie de leur identité.
Et puis perso, je ne suis pas né motard. Personne n’en fait dans ma famille, et je me suis jamais intéressé à la moto avant mes 20 ans. Comme quoi, rien n’est perdu d’avance ;)

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 6 mars 2017 à 00:17

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Il n’empêche , cette réflexion est frappée au coin du bon sens et parfaitement posée : on est (nait ?) motard mais on roule à scooter.....

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 5 mars 2017 à 19:36

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

moi je me dis que tu te poses bien des questions philosophiques lol

Répondre à ce message
auteur
Gromono

le 5 mars 2017 à 17:26

Yamaha TMax SX : toujours le Maximum !

Salut,
quelles que soient les qualités d’un scooter et même si ça fait tout (en pratique) ce que peux faire une moto, un scooter ne sera jamais une moto.
La différence essentielle n’est plus technique, à l’heure où de plus en plus de motos adoptent des techniques qui caractérisent les scooters modernes (BV automatique, transmission par courroie, coffres de rangement, freinages couplés, etc...), la différence est "philosophique".
Sur une moto, on est à cheval sur l’engin et non assis avec les pieds posés devant soi.
Ce fait d’être "à cheval", d’enserrer sa monture et de se dissocier des "non-cavaliers" est fondamental dans ce qu’il induit :

La moto est le "prolongement" idéalisé du cheval, du Centaure, du chevalier, du cavalier, du cow-boy solitaire ou de la guerrière amazone et autres représentations romanesques... c’est une idée subjective qui tourne autour de la différenciation assumée et valorisée par rapport au piéton ou à l’automobiliste, êtres plus "communs".
En ce sens, la moto n’est pas qu’un véhicule, mais un objet statutaire renvoyant à une façon d’être, de se croire, voire même un art de vivre.
On apprécie une moto à son esthétique "mécanique", la beauté de son moteur, aux courbes de ses sorties d’échappement, au profil de ses jantes et du galbe de son réservoir... cet aspect de la mécanique participe également au mystère, selon qu’on soit plus ou moins en mesure d’en parler, de le comprendre, de le ressentir...
Sur un scooter, la mécanique est cachée, comme inintéressante. Les scootéristes jugent leur engin d’abord à leur économie d’usage, leur maniabilité, les performances (critère déterminant du T-Max), ses aspects pratiques, à ses éventuels systèmes de sécurité.

Le scooter est d’abord un véhicule, un objet destiné au déplacement de l’individu, mais cet objet, aussi développé et valorisant qu’il soit (tel le T-Max, également devenu statutaire), ne se transcende pas au-delà de sa fonction de véhicule, de machine, une machine sans "âme"... comme un réfrigérateur ou une auto de grande diffusion.
Les tentatives de fusion de l’un dans l’autre ont d’ailleurs toujours été des échecs commerciaux, que ce soit les motos très carénées des années 30, 50 et 80 (Majestic, Ariel Leader, Honda PC-800) ou que surtout la DN-01, hybride scoot-moto qui s’est vendue comme un goupillon musical un soir d’enterrement tellement cet engin a le cul entre deux chaises à force de vouloir regrouper toutes les "qualités", de rechercher le consensus !

La moto implique encore une forme d’ascèse, de combat de l’individu face aux épreuves de la route mythifiée, de choix extrémistes en réaction à une société toujours plus normative... pas le scooter qui tend vers le consensus, même si certains amateurs de scooters anciens ont des pratiques similaires à leurs coreligionnaires "motards à l’ancienne".

Moto ou scooter, sans vouloir les opposer l’un à l’autre, ne sont tout simplement pas les mêmes choses.
Le motard (ou motarde) est un rêveur... le scootériste est un utilisateur "utilitariste".
Le scootériste ne dit pas "je suis un scootériste" ou un deux-RM-iste"... il ne se définit pas par son engin en tant que tel, mais parce que cet engin lui permet de faire et non d’être. Ainsi, le scootériste dit "je me déplace de façon moderne, rapide, astucieuse, car je suis un individu qui va de l’avant et qui n’a pas de temps à perdre". Et surtout pas de temps à perdre à faire de la mécanique ou à rêvasser sur des routes.
Le motard dit "je suis un "motard", avec toute la subjectivité que ça implique... le motard se définit par sa moto et c’est toute la différence !
Et finalement, ce ne sont pas tant les objets qui se distinguent, mais avant tout la psychologie de ceux qui les utilisent, en fonction de leur propre représentation d’eux-mêmes...
Qu’en dîtes-vous ?

Répondre à ce message