Sujet

Nicolas
le 10 juillet à 12:00

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Etonnant : nous avons circulé sur le périphérique parisien à bord d’une voiture autonome Tesla S 85 D. Et visualisé les risques de conflits avec les 2-roues en interfile. La vigilance s’impose… aux conducteurs.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Lonewolf

le 19 juillet à 11:20

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

je voulais dire par là "à quoi sert cette débauche technique" ? Quel est l’intérêt et pour qui ?
.
Puisqu’on peut simplement conduire son véhicule. Ou alors on prend le train....

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 18 juillet à 18:04

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Ben à ceux qui vendent les "armes" pardi ....
Dormez en paix , tout va bien , nous travaillons pour vous !

Répondre à ce message
auteur
Lonewolf

le 18 juillet à 16:14

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

et cette débauche de technologie, en fait c’est pourquoi faire !!? Pour quel "besoin" ?
.
Prouver que l’humain ne peut plus conduire, peut-être ? Moi je me demande "à qui profite le crime".

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 13 juillet à 19:21

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Clairement, laisser une voiture en mode autonome sur le périf est simplement irresponsable.
Perso, la première fois je lui donne un petit coup de botte pour réveiller le conducteur.
La deuxième fois, je lui pète son rétro en passant par inadvertance.
Je sais, c’est pas bien ... mais l’idée m’amuse.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 13 juillet à 12:39

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

J’ai bien peur que les motards du futur n’existent plus. Les infrastructures ne sont jamais prévues pour les 2 roues, on y pense toujours en dernier. Le dernier pont et ses alentours qui sont apparus à Bordeaux, par exemple, sont bornés par des demi-boudins gris. Pose une roue dessus et paf, par terre. Si le mec derrière te colle, tu es mort. Merci qui ?

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 juillet à 19:09

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Nous vivons une formidable époque de transition grâce ou à cause des progrès techno genre intelligence artificielle, robotique...faut-il s’en inquiéter ou "signer des 2 mains" , l’avenir relativement proche nous le dira ; pourra t-on s’en exclure ? Certainement pas sauf à s’installer sur une île déserte ou au beau milieu de la jungle de Bornéo et encore. Beaucoup de domaines sont affectés, la cohabitation de nos montures avec des véhicules dits autonomes dans le flot de la circulation, la migration des moteurs thermiques vers d’autres électriques...
Pour ma part et égoïstement, je suis content d’avoir pratiqué la moto thermique sur quelques décennies, d’avoir gamin limé mes carbus de mobs,
siphonné des réservoirs d’essence et puis plus tard, rodé moultes sièges de soupapes, dériveté des chaines de transmission...
Que vivra le motard du futur ? Il préchauffera depuis son lit et via son smartphone la selle de sa moto , vérifiera la charge de ses batteries Li-ion avant de s’immiscer dans le trafic de véhicules autonomes si l’autorisation lui est donné après un "check list" à distance effectué par différentes administrations (vignette ZCR, carte verte, consommation de 5 fruits légumes par jour, gants, slips homologués...).
Cela fait rêver ou cauchemarder, suivant notre rapport à la techno ;Vous l’aurez compris , je préfère les machines 16 soupapes aux machines 16 bits !
Tiens, récemment, j’ai essayé la 1600 BMW d’un copain équipé d’une poignée "Ride By Wire", ce vulgaire potentiomètre m’a fortement surpris d’abord et déplu ensuite, heureusement j’ai retrouvé peu après la sensation des ressorts de boisseaux de mes vieux carbus : RHAA LOVELY :+)
Eric.

Répondre à ce message
auteur
Collec

le 11 juillet à 13:19

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Eh oui Fred,

Tu as mis le doigt sur le principal problème : la responsabilité !
Aujourd’hui personne ne sait comment assurer qui que ce soit d’autre que le conducteur, c’est pourquoi on en reste à un stade 2 sur les routes !
Techniquement, la Tesla saurait faire, mais en cas de crash, revenir au point qui est responsable...

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 11 juillet à 12:48

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Collec, je cite la personne interrogée dans l’article : "En revanche, je décompresse, je me détache de la concentration nécessaire à la conduite."

Donc clairement, l’attention nécessaire est diminuée, et le conducteurs ne réagira jamais aussi vite que s’il avait conduit lui-même. Donc certes, comme tu le dis, cela reste de la responsabilité du conducteur. Enfin quand t’es mort, que ce soit de la responsabilité du constructeur ou du conducteur, ça change rien au probleme.

Ce qu’il faudrait, c’est que si les constructeurs sont si surs de leur coup, qu’ils aillent au bout de leur idée, sortent directement la voiture totalement autonome...et assument la responsabilité en cas d’accident. Parce que là, on sert un peu de cobayes quand meme

Répondre à ce message
auteur
Collec

le 11 juillet à 11:48

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Pour clarifier les choses, la Tesla ne sait RIEN "gérer". Elle n’est qu’au stade 2 de conduite autonome, juste au-dessus du régulateur de vitesse... Ce qui signifie que le conducteur doit en permanence être en mesure de reprendre le contrôle, en particulier quand le marquage au sol ne permet plus à la voiture de se guider. La publicité faite par la marque de "pilotage automatique" est très perverse et fait grand débat (tout comme le terme autonome sans la précision du stade 2 et ce qu’il implique), car elle laisse à penser justement que la Tesla gère la conduite, ce qui n’est pas le cas ! Si et seulement si les conditions de marquage au sol permettent à la voiture de se repérer, elle peut être en mode autonome. Lors de l’essai, sur le périphérique parisien intérieur au niveau de la cité des sciences de la Villette, la bande de gauche est absente : la voiture émet alors une alarme sonore et visuelle pour que le conducteur reprenne le contrôle et sort automatiquement du mode autonome ! Elle reprend ensuite ses marques avec le muret à gauche et le marquage au sol à droite, et on peut remettre l’autonome en fonction... ou pas ! Bref, ça reste de la responsabilité pleine et entière du conducteur de savoir si la voiture peut ou pas être en mode autonome ! L’anticipation reste entièrement à la charge du conducteur, comme quand on roule au régulateur. Quelqu’un qui met 130 au régulateur et n’intervient pas en voyant un bouchon devant donnerait le même résultat, dramatique certes, mais de la pleine et entière responsabilité du conducteur.

Répondre à ce message
auteur
jcf

le 11 juillet à 09:32

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Si la Tesla reste déjà bien au milieu de sa voie c’est un bon début !
En tout cas c’est bien mieux que les véhicules qui oscillent d’un bord à l’autre de leur file parce que leurs conducteurs(-trices) font des sms, et c’est mieux aussi que les retraités qui campent sur la ligne pour mieux voir les km de bouchon qui les précèdent ...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 10 juillet à 20:57

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Quelle bande de rétrogrades ces bikers, puisqu’on vous explique que c’est pour votre (futur) bien !
J’ai une idée brillante et branchée pour les zouaves qui circulent avec leur Gopro vissée sur le casque , il suffirait que cette dernière se connecte avec le système de guidage de l’auto-mobile-matique et hop elle serait avertie de votre présence : étonnant non ?

Eric.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 10 juillet à 20:30

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

Il existe un autre genre de véhicule que la Tesla ne sait pas gérer : le semi-remorque...
https://www.ntsb.gov/news/press-releases/Pages/PR20170619.aspx

Répondre à ce message
auteur
Bingo

le 10 juillet à 19:10

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

"Les conducteurs font des appels de phare, klaxonnent pour demander à l’auto de se pousser vers la gauche (ou la droite), sans succès."

Bref, la voiture autonome, c’est le retour du gros con sur la route ! Des années d’évolution sociale routière pour retomber si bas... misère !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 10 juillet à 12:40

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

C’est aussi mon sentiment... Comme d’hab, il va falloir se démerder... mais grâce à notre plaque d’immat plus grande nous serons sauvés ... peut-être...

Stéphane

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 10 juillet à 12:18

On a testé la Tesla autonome sur le périphérique (et l’interaction avec l’interfile moto)

"« Il est important de sensibiliser les conducteurs de 2-roues à ce phénomène de la voiture autonome, demande Laurent Capillon. Ils vont en rencontrer de plus en plus et tout le monde a intérêt à anticiper plutôt qu’à subir »." : c’est une impression, où c’est encore nous qui allons devoir nous démmerder ?

Je la sens mal l’affaire...

Répondre à ce message
Publicité