Sujet

David Anser
le 20 novembre 2017 à 15:52

Contre Crit’Air, les motards ne sont plus seuls à Paris

Alors que l’obligation d’arborer la vignette Crit’Air prend une dimension nationale après l’entrée de Strasbourg et de la Loire dans le dispositif, la FFMC a initié une nouvelle forme de mobilisation à Paris le jeudi 9 novembre avec la Fédération Française des Automobilistes Citoyens (FFAC). Les associations font désormais front commun contre la politique anti véhicule terrestre de la ville de Paris.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Lonewolf

le 24 novembre 2017 à 09:10

Contre Crit’Air, les motards ne sont plus seuls à Paris

Jean Tarayon, je m’incline bien bas. Tout est dit, et bien dit...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 22 novembre 2017 à 03:19

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Oh, Fred, mais c’est que la Mémère de Paris ne déçoit pas que les automobilistes et les motards. Les commerçants et les riverains des quais hauts, qui subissent, depuis la fermeture des quais bas, bruit, pollution et embouteillages sous leurs fenêtres ne voient pas non plus la chose d’un bon oeil ni ne l’entende d’une bonne oreille.
Il ne faut pas mésestimer, au delà de nos justes revendications, l’étonnante faculté de la Mémère de Paris de se mettre à dos un nombre grandissant de citoyens parisiens. Et encore n’avons-nous pas abordé la question du contribuable parisien, le premier bo de bobo, le bourgeois donc, qui peut commencer à s’interroger sur la frénésie d’investissements plus ou moins foireux lancés par l’équipe actuelle. Lire à ce sujet le très instructif ouvrage "Notre Drame de Paris".

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 21 novembre 2017 à 23:36

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Bingo, je ne voudrais pas gâcher tes espoirs, mais quand on sait que 60% des parisiens n’ont pas de voiture, je ne suis pas sûr que la politique anti-voiture de la mairie soit vraiment contestée par une majorité des électeurs...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 21 novembre 2017 à 20:50

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Une fière Hidalgo, entra en croisade contre les motos,
Des gueux gantés et casqués à cent lieues des écolos,
Tels des Zapata des ZAPAS montèrent au créneau,
Vilipendant jusqu’aux élus municipaux,
Leurs promettant d’être boutés aux prochains verdicts électoraux...

Eric.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 21 novembre 2017 à 18:58

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Oui, Jean. C’est parce que, comme l’avait déjà remarqué Lord Acton, au 19ème siècle : "le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument".
Ainsi, en 2014, la Mémère de Paris ne voulait-elle faire pas rendre gorge aux Zapas, l’ancêtre des ZCR, qu’elle accusait de créer de l’injustice sociale, au cri de : "il faut zapper les Zapas". Tout le monde s’en souvient, non ? à part probablement celle qui en fut l’auteur...
Car à peine élue, et sans doute aiguillonnée par la mouche du coche, si j’ose dire parlant ainsi de l’adjoint à Mémère, ce fut ses belles promesses qu’elle se hâta de zapper, comme le ferait tout politique qui respecte rien moins que sa propre parole.
Je viens de mettre une bouteille de champagne au frais, dans la perspective d’une bonne branlée électorale en 2020, pour ces deux zigotos / zigs au tas (écriture inclusive)...

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 21 novembre 2017 à 18:54

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Jean Tarayon , j’espère que tu as envoyé un double de cette missive aux intéressé(e)s , histoire au moins d’avoir essayé de contribuer à leur ouvrir les yeux à défaut d’autre chose ... Bravo !

Répondre à ce message
auteur
cocoche

le 21 novembre 2017 à 16:38

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Bonjour
Voilà des choses plus qu’intelligentes .....ça arrive de temps en temps sur ce forum ...heureusement
Je suis mille fois d’accord avec Jean Tarayon

Répondre à ce message
auteur
Jean Tarayon

le 21 novembre 2017 à 15:55

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Najdovski et son équipe sont parvenus à des fonction électives par un parcours politique issu de courants dits de "progrès social" : écologie, socialisme, altermondialisme... quand il travaillait encore avant de devenir un politicien, issu d’un milieu "modeste", Najdovski était professeur de sciences économiques et sociales à la fac de Paris 8, à Saint-Denis. Mme Hidalgo, pour sa part, était inspectrice du travail, issue d’une famille espagnole ayant fuit le franquisme. Leurs convictions de progrès social qui les ont amené là où ils en sont aujourd’hui étaient certainement sincères et elles le sont certainement restées aujourd’hui encore, du moins au plan personnel. Mais comment les fonctions qu’ils occupent aujourd’hui les amènent-ils à mettre en œuvre des politiques qui, au nom du respect du Bien commun qu’est l’Environnement, font des usagers (qu’ils soient leurs électeurs ou pas) le variable d’ajustement des désastres des crises que nous impose le système capitaliste ? Comment ces personnalités politiques par principe opposés à l’économie capitaliste en arrivent-ils à punir, via les restrictions de circulation, les victimes de ce système sans pour autant s’attaquer à ce système ?
Pourquoi seraient-ce les salariés, parisiens et surtout banlieusards qui doivent seuls endurer les conséquences de l’exode rural, de la centralisation urbaine, de l’étalement urbain, de l’abandon des services publics, de l’offre du petit commerce artisanal, de la sélection par l’argent dans l’accès au logement, de tous ces facteurs qui génèrent ces transhumance quotidiennes de la banlieue vers la capitale (et même chose pour les principales grandes ville de France) ?
"Il faut bien s’attaquer au problème de la pollution par un bout, les gens doivent faire des efforts" répond Najdovski quand les militants de la FFMC l’interpellent. Et voici au final comment un homme d’origine modeste pétri d’idées de progrès social fait la leçon aux gens représentants le même milieu populaire dont il est lui-même issu ! Du haut de son fauteuil d’élu, monsieur le maire-adjoint entend gérer les déplacements des gens comme s’il était encore prof de son cours à la fac : "faîtes comme-ci, faîtes pas comme ça, c’est moi l’prof, c’est moi qui sait et vous devez écouter mes enseignements !"

Monsieur Najdovski, quelle est votre action d’élu pour obtenir le ferroutage dont on parle depuis deux décennies sans jamais le voir mis en œuvre, pour mettre un terme à la mondialisation économique, la net’-économie qui génère des flux de marchandises autour du globe, que faîtes-vous pour imposer des restrictions de circulation aux capitaux, aux placements boursiers, à la spéculation financière qui dévaste la planète bien plus vite et beaucoup plus fort que les quelques cm3 de ma bécane vieille de 15 ans qui me permet de venir au boulot ?
C’est sûr qu’en vous entendant vanter les "mérites" de la bagnole électro-nucléaire et promettre de mettre à la casse tous nos vieux tagazous, messieurs Goshn, Tavarès, Bolloré, ces grands défenseurs de l’écologie, doivent bien rigoler en sabrant le champagne à votre santé !

Et que faîtes-vous, en tant qu’élu écolo, contre les pesticides, contre l’agriculture intensive, contre l’industrie du fast-food américain dont les déchets en polystyrène jonchent les trottoirs de la capitale ? Que faîtes-vous contre les géants des hypermarchés qui ont ruiné la paysannerie ?
Et pourquoi n’écoutez-vous pas les motards de la FFMC qui disent que le 2RM est une alternative à l’automobile que vous voulez éradiquer ? Faire en sorte que les gens renoncent à la bagnole, c’est bien ce que vous voulez, non ? Moi, ça fait 25 ans qu’en circulant à moto en IDF je n’utilise plus de voiture à Paris et en petite-couronne ! Et vous voulez que je mette ma vieille bécane au rencart pour la remplacer par une neuve légale aujourd’hui et à nouveau interdite demain ?
Pourquoi méprisez-vous à ce point les gens que votre parcours politique devrait au contraire vous conduire à défendre ?

Monsieur Najdovski, avec votre politique de restrictions de circulation des véhicules "pas aux normes" (les normes de l’UE), vous vous faîtes le promoteur (et même le contributeur) de l’industrie automobile, de l’obsolescence programmée, de la fabrication de produits assemblés dans le monde entier pour de vulgaires raisons de dumping social et de mise en concurrence des salariés du monde entier, vous déroulez le tapis rouge aux vendeurs d’électricité nucléaire cédée à des intérêts privés, vous ouvrez la porte aux salauds qui s’enrichissent dans l’extraction des métaux rares avec toutes les conséquences désastreuses qu’on connait sur l’environnement et sur les conditions de travail des esclaves modernes qui triment dans ces carrières... Oh, vous les aurez, vos Jeux Olympiques "verts", mais à quel prix, au nom de quels renoncements, de quels revirements, pour quelle "croissance verte" ?
Madame Hidalgo, Monsieur Najdovski, avec votre écologie punitive, vous sciez la branche sur laquelle nous sommes assis... et à la vitesse où vous y allez, ça m’a tout l’air d’être avec une tronçonneuse à moteur thermique ou électrique !

Moi, rien qu’au nom de la décroissance que je professe et que je pratique, je continuerai autant que possible à rouler avec ma vieille bécane et déjà, je désobéi à vos règles qui ne protègent en définitive que les riches et les responsables des crises économiques, sociales et environnementales qui ne subissent pas les désagréments de tous vos petits règlements.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 21 novembre 2017 à 13:51

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

Dans le doute, donc, j’amende mes critères : faut pas jouer les nobles quand on n’a pas de particules !

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 20 novembre 2017 à 17:51

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

A moins que ce ne soit - justement - pour en gagner des sous ???
La Loire a semble-t-il flairé le bon filon pour s’en mettre un peu dans les poches au passage .....Et nul doute que d’autres suivront ....

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 20 novembre 2017 à 16:21

Contre Critair, les motards ne sont plus seuls à Paris

L’adjoint à Mémère ne manque pas d’humour. Il nous demande de patienter pour avoir le droit, à partir de 2018, d’être encore plus em...poisonné par la politique autophobe et motophobe de la mairie de Paris.
En Province, l’affaire prend également une tournure assez grotesque. C’est ainsi qu’un des départements les moins densément peuplés de France, passablement désindustrialisé et dont toute la population tiendrait dans à peine 5 arrondissements parisiens, j’ai nommé la Loire, veut se faire comme la grenouille de la fable aussi importante que le bœuf. St-Etienne se prendrait-il pour Lyon, Paris ou Toulouse, capitales régionales supposément engorgées par les particules fines mais certainement pourries par l’autophobie rampante de ses édiles ? Faut pas jouer les riches qu’on a pas le sou !...

Répondre à ce message