Sujet
auteur
le 31 janvier 2018 à 14:15

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Les acteurs majeurs du 2-roues en France se sont réunis à l’initiative de la FFMC et de la FFM. Tous demandent au gouvernement de travailler sur des mesures qui peuvent réellement sauver des vies.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Lechacal

le 18 mars 2018 à 11:28

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Déconnes pas, il vont nous sortir des drones renifleur !

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 4 février 2018 à 23:52

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

tu crois serieusement que tous les conducteurs on 5/10 ? regarde les conducteurs autour de toi, ils sont facilement reperables, collés à leur volant pour essayer de gagner 50 cm de perception...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 février 2018 à 23:37

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Allons Fred, ne sois pas ridicule. Pour conduire, le pré requis minimum à tout âge est d’avoir 5/10ème à un œil, même corrigé. Pas bien compliqué ! Même avec ça, regarder la TV, c’est difficile. Compte tenu des enjeux politiques et sociaux par rapport aux personnes âgées, toute tentative dans ce domaine sera une pure fumisterie, digne de Coluche : « j’ai passé un examen pour rentrer dans la police... on m’a demandé : combien j’ai de doigts... sais pas j’ai répondu... 15 ?... c’est bon ! Signez là ! »

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 4 février 2018 à 03:39

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

réponse simple : parce que chez les jeunes, c’est lié à 2 facteurs, le manque de maturité au niveau du cerveau, et le manque d’expérience. Pour le manque d’expérience, y’a pas de secret, si ils ne commencent jamais à rouler, ils n’auront jamais d’expérience. Quant à la maturité, on pourrait effectivement attendre pour donner le permis. Sauf que d’un point de vue économique, on ne peut pas se permettre que les gens aient 25 ans pour leur permettre de se déplacer.
Et ceci dit, il existe déjà un "minimum syndical" pour pouvoir conduire, celui de voir correctement lorsqu’on passe le permis. Or, ce n’est plus jamais controlé après. Rien n’empêche un conducteur de conduire en ne voyant plus rien. Et cela, ça arrive largement avant les 75 ans...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 février 2018 à 02:57

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Deux compléments sur tes statistiques, Fred.
Le premier : le sur-risque augmente effectivement chez les plus de 75 ans pour atteindre à peu près celui des jeunes.
Le deuxième : le sur-risque des personnes âgées doit être examiné avec prudence car il est lié pour partie à la fragilité de leur constitution physique ; pas nécessairement à leur niveau de responsabilité...
Alors si l’on ouvre la boîte de Pandore médicale en imposant un contrôle des réflexes des vieux, pourquoi ne pas faire de même pour valider la maturité psychologique des jeunes casse-cous ?

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 3 février 2018 à 13:27

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Ce n’est pas les vieux que je compare aux alcoolique, j’étends juste ton raisonnement à d’autres facteurs de risque.

Quant au sur-risque des motards, je te rappelle, mais tu le sais déjà, que la responsabilité des motards n’est engagée que dans 30% des collisions avec les autres usagers.

95 tués par million d’habitants chez les plus de 75 ans, 51 chez les 65-74 ans, et 50 chez les moins de 65 ans (alors que dans cette catégorie, on a les jeunes au risque aussi très élevé. Et ceci alors qu’ils se déplacent beaucoup moins.
Seul truc que je n’ai pas trouvé, leur taux de responsabilité, visiblement ce n’est pas une préoccupation de l’Etat. Les vieux sont des victimes, et les motards des coupables. Dans quelle catégorie classeront-ils les vieux motards ?

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 3 février 2018 à 13:07

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Plaise au ciel que les lecteurs de Notre Temps ne fréquentent point ces forums. Ils seraient peinés d’y apprendre, même s’ils se doutent que la vieillesse est un naufrage, qu’on les compare à des alcooliques.
Et qui sommes-nous, nous autres motards, au sur-risque stratosphérique, pour exiger que la répression routière aille titiller nos aînés ? Un peu d’humilité me semble de circonstance.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 2 février 2018 à 21:53

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

donc ceux qui roulent bourrés ont le droit, s’ils ne roulent que 2000 km par an...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 2 février 2018 à 16:19

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Fred, la mortalité routière est d’abord affaire de probabilité. Sous réserve d’un calcul détaillé, il me semble qu’à la louche, je n’ai pas plus de risque à me faire emplafonner par une personne du troisième âge qui roule peu, que par un VRP, dans la force de l’âge, qui, bon an mal an, fait ses trois tours du monde sur le sol français.
Et c’est un fait qui se traduit dans la notion de sur-risque que tu évoques : dans mes souvenirs (encore la flemme de vérifier) il n’y a pas de "péril vieux". De mémoire, le taux d’accident chez les personnes de plus de 60 ans, est inférieur de moitié à celui des personnes de moins de 25 ans. Les taux se rejoignent mais seulement sur le sous-groupe des plus de 75 ans.
Il ne faut donc pas plus accorder de crédit à l’exemple, heureusement rarissime, de la grand-mère qui prend l’autoroute à contre-sens qu’à celui du motard qui roule à 235 sur une départementale. Cas montés en épingle pour le buzz médiatique.
Alors bien sûr, la population, tout comme moi, vieillit. Et quand la vieillesse sera majoritaire dans ce pays, moi aussi, je serai vieux, ainsi que toutes mes connaissances. Alors si je peux concevoir, égoistement, qu’on interdise à autrui de conduire à cause de son âge, j’ai plus de mal, tout aussi égoistement, à accepter le fait qu’on m’interdise, à moi, de rouler.
Ce qui doit nous permettre de rester en vie sur la route, c’est une attention de tous les instants à son environnement. Si nous avons un accident, c’est soit parce que nous en sommes à l’origine, soit parce que nous n’avons pas su l’éviter. C’est par cet état d’esprit - ce qui nous arrive, même non de notre fait, est de notre propre responsabilité - que nous pouvons progresser. Si on commence à croire que tout est de la faute de l’autre, qu’il soit jeune sous alcool ou vieux sous tranxène, alors il n’y a pas loin de la route au tombeau.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 2 février 2018 à 00:47

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

à peu près d’accord avec Bingo. A peu près, car pas d’accord sur son analyse au sujet des personnes âgées qui, parce qu’elles roulent peu, ne poseraient pas de probleme. C’est ignorer (volontairement ?) que le nombre de personnes agées va exploser. Et que si Bingo se fait exploser par une personne agée, je ne suis pas sur que sa famille acceptera comme excuse "oh il a pas eu de bol de la croiser, elle roule que 2000 km par an". A ce moment là, pourquoi en pas autoriser aussi à conduire avec 4 grammes la personne qui ne roule pas beaucoup ? Et puis en suivant le meme raisonnement, ça sert à rien d’utiliser le clignotant. Après tout, les changements de file et de direction, ça représente une toute petite proportion des trajets qu’on effectue.

Bref, le sur-risque, ça s’apprécie en terme d"évolution du risque rapporté au kilomètre parcouru. Et là, clairement y’a un souci qui arrive avec l’age, variable d’un individu à l’autre. La question, c’est pas "faut-il interdire de conduire les personnes qui n’en sont plus capables", mais plutot "quelle alternative leur propose-t-on pour pouvoir se déplacer ?"

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 2 février 2018 à 00:19

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Bingo , sur le fond je suis à 100% d’accord avec toi (comme avec l’anonyme de 9h58 d’ailleurs , ça ne changera absolument pas ma façon de conduire) , mais c’était juste "my fifty cents" pour aider nos dirigeants qui semblent au bord de la dépression nerveuse avec les statistiques routières et qui ne savent QUE légiférer , sans comprendre (ni vouloir comprendre ) qu’un million de lois seront toujours moins efficace qu’un gendarme au bord de la route pour les faire respecter rien qu’une seule ...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er février 2018 à 16:01

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

erratum : l’alcool est 50 fois MOINS sanctionné...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er février 2018 à 15:59

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Ludo, ne penses-tu pas qu’avant de songer à de nouvelles mesures, l’on pourrait d’abord commencer par faire appliquer celles qui existent ? En plus de 40 ans de sécurité routière à la française, j’ai l’intime conviction que tout a déjà été dicté au JO (le journal officiel, pas les jeux olympiques) par les pouvoirs publics. A quelques exceptions près, bien sûr, qui nécessitent une adaptation de la réglementation - par exemple sur les téléphones portables qui sont une invention récente.
Il serait donc plus pertinent que l’Etat se donne les moyens de faire respecter les règles existantes, plutôt que de surjouer une fuite en avant législative... (Et souvent, il vaut mieux ne rien faire que de faire une ânerie. Le brassard jaune, l’éthylotest obligatoire... autant de mesures prises parce qu’il fallait... prendre des mesures.)
Un cas typique de ces voeux pieux est l’équipement des véhicules en système anti-démarrage, pour les conducteurs alcoolisés. Combien de fois a-t-on déjà entendu les gouvernements communiquer là-dessus, alors que les tribunaux ne lui permettent que très rarement de prendre corps dans le monde des sanctions réelles ?
De ton côté, tu proposes d’abaisser le seuil de l’alcoolémie excessive... A quoi bon, puisque le risque de se faire contrôler est quasi inexistant ? La crainte diffuse d’une lourde sanction très hypothétique est bien moins efficace que la certitude d’une sanction modérée au moindre faux pas. Aujourd’hui, pourtant à égalité dans l’arbre des causes de la mortalité routière, l’alcool est 50 fois sanctionné, dans la vraie vie, que la vitesse !
Il en va de même pour le non-usage des clignotants. Qui parmi nous s’est déjà pris une amende sur ce chapitre ? Alors à quoi rime de vouloir durcir la loi, à part d’avoir, pour un politique, sa minute de gloire aux 20 heures ?

Nous sommes à peu près tous ici opposé au contrôle technique de nos motos. A juste titre, puisque, nous le savons, les défaillances techniques de nos machines comptent pour quantité négligeable dans les accidents routiers.
J’aimerais que nous ayons la même objectivité, doublé de la même pertinence, sur cette fausse bonne idée du contrôle technique de nos aînés. Les statistiques ne montrent pas qu’après 65 ans, la route soit moins sûre. Il faut attendre plus de 75 ans, avant de noter le moindre signe d’alerte, au niveau individuel... mais comme c’est aussi l’âge à partir duquel on roule moins, avec moins de trajets nocturnes... le risque réel, dans sa globalité statistique, n’en est guère affecté.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er février 2018 à 09:58

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Les personnes qui pondent ces dispositions, le premier ministre en tête, ne sont pas au courant de ce qui se passe réellement sur la route et ne prennent ces décisions que par rapport à ce qu’on leur dit. Le durcissement des sanctions, ça me fait bien rigoler, les gens s’en moquent, il ni a pas de gendarme ou de policier dans la rue pour les faire appliquer. Je roule tout les jours et des téléphones au volant c’est par dizaine, les stops grillés idem, le dépassement sur les lignes continues aussi, j’en passe et des meilleurs. Quand on fait remarquer à une personne que le téléphone au volant c’est pas bien, il n’est pas rare de se prendre un doigt d’honneur. Il ni a plu la peur du gendarme et les conducteurs, pas tous heureusement, ne respectent plus rien. Il peuvent durcir tant qu’ils veulent, cela ne changera rien.

Répondre à ce message
auteur
Lonewolf

le 1er février 2018 à 09:32

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

@Ludo51 : alors, on oublie que les passagers peuvent en avoir besoin ?! Attention aux excès...
.
La formation initiale à la conduite est encore pleine de carences, notamment sur le point de la sensibilisation aux autres usagers. Quand à celle au cours de la vie, tout simplement elle n’existe même pas ! Contrôle technique à tout va sur les véhicules, et sur les facultés à conduire des conducteurs, ceux malvoyants, distraits, alcooliques ou drogués, rien......

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er février 2018 à 08:36

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Je n’ai pas encore entendu parler de la dangerosité des camions sur les routes, de leur vitesse (bientôt ils pourront nous doubler) de leur pollution, etc........

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 31 janvier 2018 à 23:56

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

Mesures efficaces pour réduire la sinistralité routière :
- alcoolémie maxi 0,15 et retrait de permis associé à grosse amende
- brouillage du téléphone tant que la voiture roule avec retrait de permis et grosse amende
- stages de "recyclage" des détenteurs de permis tous les 10 ans puis tous les 5 ans à partir de 60 ans
- visite médicale obligatoire tous les 2 ans à partir de 65 ans
- pénalisation plus forte sur le non emploi des clignotants en toutes circonstances

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 31 janvier 2018 à 22:28

Les acteurs du 2-roues motorisé se mobilisent !

« Incitations à l’équipement des usagers »
Bien, bien, bien...
Savez-vous comment se prononce « incitation » en novlangue administrative ?
Réponse : o-bli-ga-tion !

Répondre à ce message