Sujet

Anonyme
le 19 avril à 11:03

24 Heures du Mans : les pilotes dans les starting blocks !

La pression se fait sentir au sein des 60 équipages à l’approche du départ de la course des 24 Heures du Mans Motos 2019. Des centaines de spectateurs sont déjà venus à la rencontre des machines et des stars de l’endurance à l’occasion du début des essais officiels qui ont débuté hier.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
ludo51

le 19 avril à 23:17

24 Heures du Mans : les pilotes dans les starting blocks !

Je le déplore aussi ....hélas !
Je ne pense pas que ce soit une question de prix pour embaucher un correcteur , mais surtout une question de rareté , quand on voit le niveau de langage écrit pratiqué partout , y compris dans des revues ou des sites sensés écrire correctement .... Et comme tout le monde semble s’en moquer , lecteurs comme rédacteurs , dès lors pourquoi faire un effort ?
Faire une remarque sur la syntaxe , la grammaire ou l’orthographe est maintenant considéré comme agressif et/ou pédant !

Répondre à ce message
auteur
Nikopol

le 19 avril à 19:48

24 Heures du Mans : les pilotes dans les starting blocks !

« Comme très souvent, la course ne reflètera pas les qualifications, qui s’annoncent, comme pour le Bol d’Or, une nouvelle fois très serrée et indécise. » Je viens de regretter dans un autre commentaire (sur l’engin vaguement volant de Lazareth) que vous baissiez de niveau concernant le français, cette phrase absconse en est une nouvelle illustration.

J’imagine que vous vouliez dire que les qualifications ne reflèteront pas la tenue de la course et non l’inverse. En revanche, puisque vous mélangez singulier et pluriel, on ne sait pas si ce sont les qualifications qui s’annoncent serrées et indécises ou bien la course. Ça fait plus de 20 ans que j’achète Moto Mag, 15 ans que je consulte votre site, et j’appréciais ceux-ci, notamment, car vous aviez de la rigueur concernant la langue. Mais ça se dégrade. Ça coûte si cher que ça d’engager un secrétaire de rédaction ou un simple correcteur ?! Je sais que c’est la crise, que la presse en pâtit aussi, mais là c’est votre image qui en prend un coup.

Peut-être que la plupart de vos lecteurs s’en battent les rouleaux comme de leur premier jeu de plaquettes de frein du français, mais je suis certain que je ne suis pas le seul à regretter que votre niveau en la matière baisse.

Répondre à ce message