Sujet

David Anser
Anonyme
le 20 juin à 10:56

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Amnesty International a profité d’un sommet sur les voitures électrique en Norvège pour pointer du doigt la fabrication des batteries nécessaires à leur fonctionnement. De quoi écorner l’image vertueuse de l’électrique, soutenue tant par les constructeurs que par le gouvernement. On vous explique pourquoi.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
ludo51

le 27 juin à 17:36

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Ben sur le prix du kilowatt , obligé , surtout qu’à un moment donné , imparablement , la demande dépassera l’offre ....

Répondre à ce message
auteur
sylvie

le 27 juin à 14:12

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

et que dire du manque a gagner sur les taxes pétrolières, il vont ce rattraper sur quoi ???

Répondre à ce message
auteur
Lonewolf

le 27 juin à 09:36

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Je reviens sur l’information citée par Electropaul, ces 13 M de $ pour attaquer la technologie électrique. J’ajoute que les pétroliers dans leur ensemble dépensent plus de 200 millions de dollars (à ce qu’on en sait ! Ce chiffre est probablement en-dessous de la vérité) pour saborder les observations climatiques et les moyens de lutter contre le réchauffement ! Ces engeances-là sont clairement la puissance la plus forte du monde, et qui plus est des criminels en toute conscience.
Ca me rappelle toutes les fois où on m’a pris pour une bille lorsque j’émettais l’idée que les pétroliers il y a plus d’un siècle étaient déjà près à saborder toute technologie concurrente et y sont parvenus ; pour moi "l’alliance des 7 Soeurs" ne pouvait qu’en être la consécration la plus révélatrice. Mais non, je me faisais constamment tacler comme "conspirationniste"...
Nous vivons (de nouveau) un conflit de technologies dont les dimensions nous échappe très largement. Et pendant ce temps, il y a toujours quelques sales cons (désolé, mais j’en suis là...) qui veulent nous culpabiliser en notre qualité d’utilisateurs. Quelle foutaise !!

Répondre à ce message
auteur
Dlbz

le 25 juin à 09:25

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Les véhicules électriques c’est très bien ... pour déplacer la pollution et polluer plus loin !

C’est plutôt très utile dans les grandes villes actuelles, tant que les gens ne se sortiront pas les doigts et ne se seront pas remis au vélo. C’est quand même mieux qu’envoyer tous les gosses des villes faire de la kiné respiratoire tous les mercredi après-midi.

Mais sinon ce mouvement de masse qui croit que comme il n’y a pas de moteur thermique sur le véhicule alors magiquement ça devient propre et non polluant, bah, c’est comme le reste : Les gens ne réfléchissent pas. L’electricité il faut la produire, et les batteries aussi et toute l’electronique compliquée qui équipe ces vehicules aussi (c’est aussi compliqué que dans les voiture à essence neuves). Et tout ça c’est hyper polluant, et fortement générateur de CO2 (cf la canicule de cette semaine)

Répondre à ce message
auteur
Nikopol

le 21 juin à 19:29

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Electropaul, l’exploitation des enfants dans les mines de minerais en Afrique n’est pas une vue de l’esprit, nombre d’ONG dénonçant ce fait établi, comme la pollution engendrée par l’extraction des ressources nécessaires à la production des batteries, que ce soit pour la bagnole ou pour la téléphonie. Le véhicule électrique, c’est l’exemple parfait du green washing : on change la nature de la pollution et on la déplace, mais ce n’est en rien écologique.

Utilisation de verre, de métal, de plastique (des matériaux dont les procédés d’obtention ne sont pas spécialement « verts »), énergie nécessaire à la production : thermique, hybride ou électrique, c’est quoi le bilan écologique de la construction d’un véhicule neuf prétendument moins polluant ?

L’écologie, ça passe (voire ça commence) avec la volonté de faire durer les choses et de les recycler, y compris les véhicules.

Répondre à ce message
auteur
Electropaul

le 21 juin à 11:34

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Il y a un peu plus d’un an un site spécialisé révélait que la famille propriétaire d’une des plus importantes sociétés de distribution d’huile aux USA avait payé des lobbyistes plus de 13 M $ pour descendre la production de batteries électriques avec ce type d’argument. J’imagine que les membres et sympathisants d’ Amnesty inter. dans le monde entier ont tous des téléphones portables dont ils ne se sont pas forcément soucié de l’origine des batteries. Et que la proportion de batteries embarquées dans des véhicules, auto, moto ou camion est une goutte d’eau par rapport au volupme global de la téléphonie et la domotique. Le problème n’est pas qu’il n’y a plus de pétrole, mais que les gens n’en veulent plus. Et le modèle marketing a changé, les marques pilotent de moins en moins les consommateurs et au vu des dernières tendances politiques le changement de comportement de ces derniers est irréversible. Cet article est rédigé au conditionnel pour créée la suspicion. A vrai dire il semble que personne n’en sait rien et laisse penser que certains pays africains ferment les yeux sur la traite des enfants. C’est un manque de respect que d’insinuer ce type de supposition sans preuve. Aussi Amnesty International doit aller plus avant dans ses affirmations, en attendant que le lobby électrique émette lui-même des doutes sur l’origine de certains financement de l’ONG. Et la boucle est bouclée. Il nous reste alors qu’à prendre le vélo jusqu’au jour où nous apprenons que l’extraction du caoutchouc des chambres à air participe à la déforestation de la forêt amazonienne.

Répondre à ce message
auteur
Lonewolf

le 21 juin à 10:24

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Il y a 100 ans, on s’était jeté sur le "tout pétrole". C’était une c**nerie et on le savait , mais on l’a fait.
.
Pourtant le bon sens populaire dit qu’il "ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier". Mais un siècle après on recommence quand même, on se jette dans le "tout électrique"... Avec tous les phénomènes collatéraux que le "tout pétrole" avaient déjà provoqué avant, rien n’a changé de ce côté-là non plus.
.
L’Histoire ne nous apprend rien.

Répondre à ce message
auteur
clotaire

le 20 juin à 20:52

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

A cela il faut ajouter le fait que l’on ne sait pas traiter les batteries en fin de vie (les batteries actuelles de téléphone et de PC finissent dans des décharges en Afrique de l’ouest) et que, notre électricité provenant du nucléaire, nous serons contraint de rester dépendant de d’une production de déchets radioactifs toujours plus grande...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 20 juin à 19:07

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

Pour sur !
Il est plus facile de vanter les mérites des véhicules électriques voir autonomes que de se soucier des vésicules d’autochtones ...
Eric.

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 20 juin à 16:47

L’électrique, pas très éthique selon Amnesty International !

On parie qu’il n’en sera rien ?
L’enjeu économique (et politique) est trop grand pour que soit remis en question le principe de "l’énergie propre" ....Et tant pis si 3 autochtones de contrées reculées en pâtissent , c’est pour NOTRE bonne conscience et pour s’amender des dégâts déjà provoqués par l’exploitation pétrolière depuis un siècle ....

Répondre à ce message