Sujet

David Anser
le 11 septembre à 17:27

Philippe Aller a tiré sa révérence

Philippe Aller est connu dans notre milieu pour être tombé raide dingue de Voxan au tournant du siècle et pour être devenu le plus fervent défenseur de la marque française. Sa Triumph Trident, délaissée pour un Cafe Racer d’Issoire, avait fait les frais de cet amour inconditionnel qui ne s’est jamais démenti. Naturellement, il créa avec d’autres copains, le Voxan Club de France en 2001, quand la marque commençait à vaciller. Il en était encore le vice-président, portant avec la même passion les couleurs de la marque, quand il nous a brutalement quittés, ce samedi 7 septembre, à 61 ans.

Moto Magazine s’associe à la douleur de sa famille et à celle du Voxan Club de France.

 

Photos : Jean-Pierre Boisard

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Doc36

le 13 septembre à 12:18

Philippe Aller a tiré sa révérence

Moi aussi j’ai mal entre les poumons ! Un mec pareil, je suis content de l’avoir rencontré et côtoyé.
Ce mec est un exemple pour tous : passionné, discret, battant, et entier.
Tu nous manques déjà et l’anniversaire du VCF n’aura pas le même goût le mois prochain. Mais on sera là pour toi Phil@ et pour toi aussi mon Sylvain, et pour tous les potes qui ont osé rouler en Auvergnates.
A très vite en Voxanie, les routes sont belles, l’apéro réchauffe les cœurs, et on en a bien besoin.

Répondre à ce message
auteur
sylvaindesbois

le 12 septembre à 16:48

Philippe Aller a tiré sa révérence

Mon ami, mon frère voxaniste, mon camarade de combat disparaît si soudainement que tout est dépeuplé dans mon âme de vieux motard.
Philippe Aller a été de tous les combats pour défendre sa passion de la moto : circuit Carole, anti-vignette FFMC, fondateur de la Mutuelle des Motards, et depuis le mondial 2001 , la lutte acharnée pour tenter de sauver ce mythe qu’est devenu l’histoire de VOXAN, la dernière moto auvergnate née au siècle dernier, comme nous.
A ses côtés depuis le début de l’aventure, nous avons vécu des moments extra-ordinaires, faits de peines, de joies, avec pour résultat un club, le VCF, qui est une vraie famille solidaire, aux valeurs solides, et qu’il faut maintenant préserver à sa mémoire.
Comptez sur moi, et sur tous les voxanistes, mais aussi de nombreux autres passionnés qui l’ont connu pour y veiller méticuleusement.

Répondre à ce message