Sujet

David Anser
le 7 janvier à 17:48

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

La mise en place de la Zone à faibles émissions (ZFE) se précise à Marseille. La Métropole Aix-Marseille Provence envisage de restreindre la circulation sur 19,5 km2 du centre de la cité phocéenne d’ici 2021.

Lire l'article
Tous les messages

L'ours

le 5 février à 03:47

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

A méditer :
https://www.youtube.com/watch?v=m2mkCaNH_gY
"le produit le plus écologique qui soit est celui qui fonctionne et que l’on possède déjà"

Répondre à ce message

Nikopol

le 19 janvier à 03:49

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Ce que tu évoques, Pénible, c’est le « green business », qui n’a rien d’écologique. C’est juste l’économie libérale repeinte en vert. Or économie libérale et écologie sont parfaitement incompatibles. L’écologie, ça consiste notamment à considérer les choses globalement (ne pas prendre des mesures locales qui ne font que déplacer la pollution – un bel exemple de ça, c’est la promotion des véhicules électriques et des véhicules neufs d’une manière plus générale : c’est quoi le bilan écologique de la construction d’un véhicule neuf prétendument moins polluant ?) et sur le long terme (plusieurs dizaines d’années). Mais la plupart de ceux qui nous dirigent ne voient les choses qu’en termes électoraux, d’un mandat à l’autre, donc n’ont pas une vision à long terme. Et les tenants de l’économie libérale, qui sont les autres détenteurs du pouvoir, ne considèrent que le profit au plus court terme possible. Comme dit Fred, on est dans la merde.

Répondre à ce message

PENIBLE

le 16 janvier à 19:54

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

La transition écologique est inévitable. le problème c’est que la transition écologique va coûter très cher à beaucoup et donc va rapporter énormément d’argent à certain(e)s... Donc les potes de ces gouvernement/régions/départements/agglos et les lobbyistes vont s’en donner à coeur joie. Et pour la méthode nos politiques ont deux choix : Aider à la transition (primes, aides, subventions..) mais ça coûte de l’argent au budget de l’Etat, et la France n’en a pas les moyens (ou ne veut pas se priver d’autres choses pour les mettre là) ou contraindre (ZCR, ZFE, Crit’air, interdictions), ce qui rapporte au budget de l’Etat. A votre avis ils vont privilégier quelle solution ?

Répondre à ce message

Anonyme

le 13 janvier à 09:51

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Pour ce qui est du véhicule évolutif, avant même de parler de tout changer, il serait bien d’avoir l’autorisation de rajouter des éléments de dépollution sur un véhicule. Un véhicule essence non catalyser n’a pas le droit d’être catalyser en France, pourtant c’est une opération simple qui n’améliore pas les performances moteur, mais diminue la pollution.
Passer un véhicule thermique en électrique deviens légale en France depuis cette année (ou courant de cette année). Mais au tarif de la conversion entre 8 et 15 000€, personnellement je préfère mettre cette somme dans un autre véhicule.
Comme indiqué, il y a le comportement des gens à faire changer pour diminuer notre pollution (moi également), car même si on fait des efforts sur un point, on pollue sur d’autre. Combien de personnes jettent les emballages, mégots, ... sur le trottoir ou par terre en ville ?
On nous dis de moins polluer, mais si les entreprises arrêtaient de nous vendre des produits avec plein de sur emballage ? Pourquoi avoir un emballage carton sur des yaourts vendu par 4 ou 6 ou 8 ? Pourtant ils sont déjà attachés ensemble. Autre avantage, moins d’emballage = moins de frais pour la fabrication = prix de vente diminué (je rêve).
Une moto qui consomme moins intéresse peu de monde ? Ceux qui vont au travail tous les jours. Oui c’est principalement des scooter, mais quand même. Pourquoi une voiture de 1.5 tonnes en essence consomme autant qu’une moto de 250kg ? Il y a quand même un gros problème. Et pourquoi ne pas faire des moto qui roule à l’éthanol ?

Marc

Répondre à ce message

FRED

le 10 janvier à 12:52

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Je ne parlais même pas de sur-consommation extreme, mais de sur-consommation tout court par rapport à ce qui est vital. Dex exemples, y’en a des tonnes : des vetements différents selon ce qu’on va faire (on a des vetements "pour les grandes occasions) qui nous servent 10 fois dans notre vie), des outils qui servent 3 fois dans l’année, on embellit nos habitations au lieu de se contenter de la fonction première (la peinture et le papier peint ne servent objectivement à rien), on part en vacances, on grille du pétrole en moto pour s’amuser, etc.

Pour ce qui est des motos, je ne crois pas un seul instant au succès de motos consommant moins. D’une part parce que le gros de la population motarde roule très peu. Donc au final, le cout de l’essence est totalement marginal, rapporté à la décote de la moto, l’entretien et l’assurance. Et d’autre part parce que les mêmes qui ne se posent pas la question de la consommation sont les premiers à gueuler quand le prix du carburant augmente, alors qu’il ne peut en etre autrement. Regarde les ventes de suv, alors que la voiture est un objet moins passionnel que la moto.

pour la voiture evolutive, ça avait justement de l’interet sur une vieille voiture, quand les elements mecaniques rendaient l’ame par exemple. Apparemment l’Etat réfléchit à autoriser la conversion de véhicules thermiques en electrique. Mais vu le cout, ça n’a d’interet que dans le cas où un element couteux (moteur ou boite par exemple) était hs. Sinon, c’est meme pas la peine. Et je pense que ça va etre coton pour tout ce qui est homologation etc.

Concernant la population, c’est pas +50% en 50 ans, c’est +100%. Et vu que toi comme moi on fait justement partie des 10% les plus riches de la planete (à défaut de 1%), je ne suis pas sûr qu’on ait très envie de renoncer à quoi que ce soit pour rééquilibrer les choses. Et ceux qui prétendent que revenir aux années 70 suffirait sont de gros menteurs, sûrement pour ne pas effrayer plus que cela ceux qui les écoutent, et donc provoquer un rejet. Rien que sur les émissions de CO2, faut qu’on les divise par 3, immédiatement. Donc globalement, diviser par 3 notre consommation dans tous les domaines. Je te laisse imaginer tout ce à quoi il faut renoncer pour atteindre cela. Surtout que dans le même temps, où nous on n’arrive pas à diminuer nos besoins, ceux qui en avaient très peu tendent à nous rejoindre en terme de consommation.

Donc en clair, on est dans la m...

Répondre à ce message

Nikopol

le 9 janvier à 18:46

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Bah tu vois Fred, je ne corresponds pas à l’humain que tu décris, et je ne dois pas être le seul (mais nous ne sommes pas une majorité, c’est sûr). Je n’aime pas particulièrement changer ou accumuler, je ne consomme pas pour consommer, je ne suis pas avide des derniers machins-trucs sortis qui font fureur, j’achète ce dont j’ai besoin et je garde un budget loisir raisonnable qui me permet de prendre du bon temps, comme Ludo, je n’achète pas de véhicule neuf (ma moto a 20 ans et ma voiture 27), etc.

Pour ce qui est de la passion pour la moto qui fait acheter des machines qui consomment beaucoup trop (ou qui sont inutilement performantes), bah c’est justement une des particularités de la passion que de tendre à écarter la rationalité. Mais ça n’est pas non plus une fatalité et tu peux très bien te raisonner : j’ai une moto peu puissante (W650, 50 ch) mais sympa, dont les performances me semblent suffisantes (il faudrait 400 ch à une voiture d1,6 tonne pour avoir le même rapport poids/puissance) et qui a une consommation somme toute raisonnable (4 l/100), même si on aurait pu faire mieux. J’ai aussi un 750 GSX-R de 90 (qui ne roule plus pour le moment) et sa consommation s’établit à 5l/100 à 200 km/h. Même si l’avis des acheteurs a une certaine influence, ce sont les constructeurs qui créent la demande en proposant leurs produits ; s’ils proposaient des machines moins puissantes (« seulement » 150 ch pour un 1000 sportif, par exemple) mais qui consomment moins, je suis sûr qu’ils trouveraient preneurs, surtout dans un monde où l’essence n’ira qu’en augmentant. À un certain moment, tout passionné est rattrapé par son porte-monnaie, sauf à être pété de tunes, ce qui n’est pas le cas de 90 % de la population.

Pour en revenir à la protection de l’environnement, et ici précisément de l’agriculture : tu parles du fait qu’on importe des produits d’autres pays, mais tu pointes là un des problèmes créés par le système libéral, ce qui était donc mon propos. Quant au fait que la population mondiale ait pris + 50 % en 50 ans, le problème n’est pas tant celui de la démographie galopante que celui de la répartition des richesses : 1% de la population mondiale détient 90% des richesses. Il y a sinon théoriquement suffisamment de ressources sur cette planète pour que chacun y vive dignement.

Quant à vouloir toujours plus de pouvoir d’achat, ce n’est pas le cas de tout le monde, comme je l’ai dit en substance plus haut. Et je me fous des raffinements des voitures modernes. Sinon, en parlant de Clio 1, tu caricatures un peu mon propos ;) Je ne suis pas crédule au point de croire que les constructeurs penseraient à produire des évolutions pour des voitures aussi vieilles et de toute façon, si jamais mon idée de voitures évolutives leur venait à l’esprit, ils le feraient sans doute à partir de voitures neuves. Enfin bon, je crois surtout que cette idée relève de l’utopie : sont pas près de lâcher leurs marges !

Tu as, Fred, par ailleurs raison sur un point, même si tu ne l’évoques pas ainsi : la majorité des humains ont besoin de changer de comportement, donc de mentalité, si on veut vraiment protéger l’environnement. Et pour y arriver, il ne faudrait pas revenir deux siècles en arrière comme tu l’estimes : selon la plupart des écologistes (je parle ici des scientifiques qui étudient l’écologie), il faudrait revenir à un niveau de vie tel qu’il était dans les années 1970.

Répondre à ce message

FRED

le 9 janvier à 12:59

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

oui, sauf que l’homme est tout sauf rationnel. Il aime changer, consommer, accumuler.
C’est pour cela qu’un conférencier sur l’énergie disait que c’était beaucoup plus difficile de faire changer les individus que les entreprises : dans une entreprise, on passe son temps à chercher des économies donc si on augmenter le prix d’un produit, l’entreprise cherche une alternative. Alors que l’individu, pas forcément. Regardez la moto : si nous étions rationnels, est-ce que les constructeurs arriveraient à nous vendre des motos qui consomment autant ?

Répondre à ce message

ludo51

le 8 janvier à 23:47

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Il n’empêche que ce que dit Nikopol est frappé au coin du bon sens : pourquoi "jeter" des produits en état de marche si ce n’est juste que pour satisfaire sa soif de consommation ?
Personnellement , c’est un choix délibéré de ma part , je n’achète plus que des motos d’occasion...
Et à ce propos je vous recommande cette petite "vidéo-réflexion" de 18 mn sur ce qui est ici appelé l’énergie grise :
https://www.youtube.com/watch?v=m2mkCaNH_gY

Répondre à ce message

FRED

le 8 janvier à 12:51

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

oui enfin on peut accuser le systeme autant qu’on veut, mais en attendant, le clampin lambda a-t-il envie de revenir 2 siècles en arrière pour consacrer la majeure partie de son budget pour s’alimenter, et ainsi renoncer à son budget loisirs ? La réponse étant évidemment non, cela impose de produire de l’alimentation pas (trop) chère. On chouine après les agriculteurs et leurs produits chimiques, et on importe des produits venant d’autres pays avec des normes encore plus laxistes. On dit qu’il faut diminuer notre impact sur la planète mais dans le même temps on se reproduit comme des lapins (+3.5 milliards d’habitants en 50 ans) et on veut plus de pouvoir d’achat pour toujours plus consommer.
Par exemple Nikopol propose des voitures evolutives. Mais qui aura envie de continuer à rouler avec sa clio 1 sur lequel il dépensera du blé pour juste moins consommer, et renoncer aux"raffinements des voitures modernes" ?

Sinon, pour en revenir à l’article, le blabla sur l’objectif de diminuer la pollution en agissant sur les modes de déplacements individuels, je rigole quand on voit en parallèle la pollution des bateaux et de l’industrie pétrochimique à proximité.

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 janvier à 07:15

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Bien d’accord avec toi.
L’écologie est fondamentalement incompatible avec le système libéral (capitaliste)
TITI 87

Répondre à ce message

Nikopol

le 8 janvier à 05:05

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Qualité de l’air et dérèglement climatique : les deux seuls sujets d’écologie sur lesquels gouvernement et médias communiquent. Pendant ce temps-là, les sols sont toujours plus pollués, comme les cours d’eau, les agriculteurs balancent toujours dans leurs champs des tonnes de produits chimiques qui sont bien sûrs très bons et pour la santé et pour l’environnement, les usines continuent de déverser leurs merdes dans la nature, et j’en passe.

Et encore, la qualité de l’air n’est prise en compte que sur des espaces réduits, citadins, en mettant en avant comme solutions pour le déplacement individuel l’achat de véhicules neufs « moins polluants », de préférence électriques, et de mettre au rebus des centaines de milliers de véhicules pourtant encore en état de marche. Enfin non, ces véhicules ne sont pas tous mis au rebus, une bonne partie est exportée notamment vers l’Afrique, où là ils ne polluent plus.

Comme maintenant chaque fois que ce type de sujet (qualité de l’air, réchauffement climatique et les « solutions » proposées) est abordé, je pose la question : utilisation de verre, de métal, de plastiques et autres polymères non naturels (des matériaux dont les procédés d’obtention ne sont pas particulièrement propres), énergie nécessaire à la production… thermique, hybride ou électrique, c’est quoi le bilan écologique de la construction d’un véhicule neuf prétendument moins polluant ? Pour la santé de tous, autour de cette planète, ne vaudrait-il pas mieux faire durer le parc automobile existant plutôt que de toujours construire du neuf alors que ça a un impact non négligeable sur l’environnement ?

D’ailleurs n’est-ce pas aussi (surtout ?) ça, l’écologie : faire durer et recycler les choses ? Mais c’est sûr que du coup, l’industrie automobile aurait du plomb dans l’aile. Sauf à développer autre chose que des véhicules complets : pourquoi ne fait-on pas des véhicules évolutifs, à l’image de ce qui se fait en informatique, dont on remplacerait une partie des composants au gré des (réelles) évolutions technologiques ? Enfin bon, de toute façon, les dirigeants et décideurs de tous les pays et de tous les niveaux (des maires aux présidents) qui disent se préoccuper de l’état de l’environnement ne peuvent être crédibles s’ils ne remettent pas en question le système économique qui régit cette planète : écologie et économie libérale sont parfaitement incompatibles. En ce point, l’écologie rejoint d’ailleurs le social.

Répondre à ce message

ludo51

le 7 janvier à 23:00

Les restrictions de circulation arrivent à Marseille

Pour ce qui est de l’acceptabilité sociale , à Marseille , je sens qu’on va bien se marrer .......

Répondre à ce message