Lors de sa présentation au tout début du siècle, le BMW C1 ressemblait à une petite révolution faisant la synthèse entre le monde de l’automobile pour son niveau de protection et celui du 2-roues pour sa mobilité. Faute de succès, le scooter à toit, sans doute trop précurseur, a rapidement tiré sa révérence.

JPEG

Le C1 a été décliné dans une version 200 cm3 (176 cm3 réels). Il affichait 3 chevaux de plus que le 125 mais n’était alors accessible qu’aux titulaires du permis moto.

Cet échec commercial n’a pas échaudé BMW qui semble bien décidé à remettre le scooter à toit au goût du jour. À l’instar du concept C1-E présenté en 2009 dans le cadre du projet européen eSUM (European Safer Urban Motorcycling), l’hypothétique futur scooter à toit BMW s’appuierait sur une motorisation électrique. Avantage : couple et puissance sont délivrés instantanément laissant loin derrière n’importe quel 125 thermique. Voilà qui gommerait l’un des principaux griefs fait au C1 de l’époque à savoir sa sous-motorisation (15 chevaux pour tracter près de 200 kg).

JPEG

Présenté en 2009, le C1-E était un modèle unique. Aucun lancement en série n’était alors prévu.

Sans surprise, BMW utiliserait son C Evolution comme base pour élaborer son futur scooter à toit. L’assise reste de type baquet et conserve ce harnais de sécurité qui devrait toujours dispenser le conducteur de porter un casque. Des airbags latéraux viennent également renforcer sa sécurité. Cerise sur le gâteau, « l’habitacle » (toiture + arceaux de sécurité) serait aisément démontable et suffisamment léger pour permettre à son propriétaire de choisir de se déplacer avec ou sans toit selon son humeur et la couleur du ciel. 

Reste à savoir si un véhicule de ce type pourrait, aujourd’hui, convaincre plus d’acheteurs que le malheureux C1 en son temps. Si son prix ne jouera sans doute pas en sa faveur (un C Evolution sans « toiture » coûte déjà 16 200 €), sa motorisation électrique risque de lui valoir un certain succès pour qui souhaite se déplacer en ville sans être freiné par les interdictions de circulation ni par le mauvais temps. À suivre.

Publicité

Commentaire (0)