Les motards sont des Indiens !
Jean-Gustave Padioleau assimile les motards aux Indiens d’Amérique. « Les motards sont des Indiens, ils représentent une certaine idée de la liberté, ils sont considérés comme des sauvages, que l’on ne comprend pas. Il faut donc les éliminer. » En parallèle de cette image, le professeur dénonce l’acharnement sur les motards. Il voit en eux le parfait bouc émissaire pour justifier, aux yeux de l’opinion publique, la politique du tout répressif représentée par le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, le chantre de la « tolérance zéro ».

JPEG - 41.3 ko
J.G. Padioleau : une bonne image des motards
« Mon expérience de la moto remonte aux 70’s. Elle se résume à deux mois derrière une jolie fille en Harley, à travers les États-Unis. Ca m’a suffit ! » Une anecdote amusante de Jean-Gustave Padioleau, dont l’ensemble de l’intervention a été appréciée des motards. Logique, étant donné l’image positive qu’il en a.

Les 100 chevaux
Un des points forts du week-end : le débat concernant la loi sur la limitation à 100 chevaux à laquelle s’oppose la FFMC. Catherine Herviou, conseillère juridique de la FFMC précisait bien que ce n’est pas la limitation en elle-même qui était en cause. Mais avant tout la différence de traitement, pratiquée par les pouvoirs publics français, entre les motos et les voitures. Pour l’homologation en France de ces dernières, la loi européenne est souveraine. Pour la moto, la loi française reprend le dessus, ce qui est illogique et ségrégationniste. La limitation de puissance de nos machines est donc un parfait exemple de discrimination.
L’un des enjeux du débat était de connaître la position des antennes locales de la FFMC face aux 100 ch. Aucune équivoque : à combattre !

Aménagements routier
Bertrand Christian et Bérangère Varin ont présenté les travaux des CERTU, qui œuvrent régionalement pour la prise en compte des usagers de deux-roues motorisés dans les aménagements routiers. Ils ont rappelé que, malheureusement, les CERTU n’ont aucun pouvoir décisionnaire. Leur rôle est purement consultatif. Aux élus locaux et nationaux d’ensuite prendre ou non en compte leurs études.

JPEG - 38.2 ko
Bertrand Christian du CERTU, très attentif pendant l’intervention de sa collègue. À leur manière, ils militent pour la protection des usagers de deux-roues motorisés.

L’activité associative en crise
Les CEMEA attirent l’attention sur la relative crise qui sévit au sein de l’activité associative en général. Notamment parce que beaucoup se créent ponctuellement pour régler un problème donné, le nombre d’associations reste croissant. Ce sont les adhérents pour chacune d’entre-elles qui se raréfient. Messieurs Chabrou et Berland s’inquiètent du fait que beaucoup d’associations tendent à devenir des mouvements de défense d’intérêts individuels au détriment du collectif.

JPEG - 32 ko
Nicolas Chabrou (photo) et Jean-Claude Berland ont fait part de leur inquiétude quant à l’activité associative.

Publicité
Infos en plus