Sujet

Anonyme
le 12 juillet à 12:01

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

On pourrait multiplier les articles sur l’évolution de la mobilité dans Paris, censé être le phare de la France voire du monde. La réaction d’un de nos lecteurs, façon billet d’humeur, mérite d’être publiée tant elle donne à réfléchir...

Lire l'article
Tous les messages

LinoM

le 21 juillet à 22:14

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

"Non JG, t’es pas tout seul " aurait dit Jack Brele.

À Lyon, la situation est pas piquée des "verts" non plus.
Travaillant à 2 pas de la Place Bellecour et de la rue "commerçante" (The place to be) axée Nord Sud, je descends tous les jours en 125 en interfiles et en empruntant la voie réservée au covoiturage, véhicules électriques, cars, bus taxis plutôt que de rester sur les 2 voies em"bouchonnées" (de Fourvière) où les compressions de César ne seraient pas incnogrues en cas de ralentissements soudains.
De toute façon, sur mes 27 km aller, il n’y a que 2 portions d’une longueur totale de 3 km limitée à 90 km/h alors ...

Résultat, trajet moto boulot uniquement.
Pour le shopping, je vais dans les zones commerciales hors centre ville.

Répondre à ce message

Lonewolf

le 21 juillet à 19:18

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

"Paris, le phare de la France"... Faut pas oublier qu’un phare, c’est ce truc vertical et étroit, situé dans une endroit isolé et rarement hospitalier, où il faut se taper des escaliers de centaines de marches pour atteindre - enfin - la lumière !

Répondre à ce message

PJR

le 14 juillet à 18:43

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

Je suis allé à Paris la semaine dernière. Cela faisait plus d’un an et demi que je n’y avait pas mis les pneus.
La ville est d’une laideur effarante : couloirs de bus et de vélos matérialisés en jaune, bordés de blocs de bétons barbouillés de jaune encore ou plots en plastique jaune toujours...
Les blocs de bétons précités sont très souvent recouverts de tags biens crades. les bagnoles et les 2RM s’entassent dans les voies qu’on leur laisse et qui rétrécissent comme peau de chagrin. Et malheur à ceux qui voudraient déborder dans les couloirs de bus ou de vélos quasi vides : la maréchaussée veille !
Les rues sont souvent en mauvais état, le bitume se dégrade un peu partout : il y a même des endroits où on voit réapparaitre des pavés !
Mais ça, c’est peut être une bonne nouvelle.

Répondre à ce message

Hagalma

le 12 juillet à 17:54

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

Suis allé à l’info sur la ZFE de Lyon. Ladite zone ne concerne que les véhicules utilitaires. Mais Paris éternuant, le véhicule thermique du particulier lyonnais sera probablement impacté par le credo "écolo 1er de cordée" se généralisant dans les quartiers chics des grandes métropoles...
Pour ceux ne disposant pas des moyens de résider dans ces quartiers ça installe un climat de peur, de précarité, une insécurité sociale, une potentielle relégation.
Qui n’est convaincu qu’il faille agir face aux dégâts réels des productions à obsolescences programmées ? Probablement une minorité.
Mais la grande majorité quant à elle est plutôt très silencieuse.
Bref, c’est un peu comme une météo lourde d’été : on sent que ça va péter, mais on ne sait pas quand.
Saura-t-on construire alors ? En tous les cas pas en incriminant la technicienne de surface venant bosser en AX, ou le garçon de café faisant son commuting en 2RM thermique...

Répondre à ce message

Anonyme

le 12 juillet à 17:41

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

Mon billet tel que je l’ai partagé sur la page https://www.facebook.com/Ffmc27 :
A. Hidalgo : "je veux virer tous les moteurs thermiques de MA ville en appliquant les ZFE et en mettant en place le stationnement payant pour les 2RM. Peu importe si le peuple en souffre, je deviendrai après MES jeux PLUS célèbre que le maire de New-York". JM

Répondre à ce message

PENIBLE

le 12 juillet à 12:35

Billet d’humeur : Paris, ville Lumière ?

La situation actuelle de PARIS (Anne HIDALGO élue deux fois avec ce programme) : J’ai habité dans le 6° (le quartier le plus cher de PARIS) de 1991 à 1994, je n’en suis pas revenu : Je vivais entouré de pontes du PS qui assuraient au quotidien une sorte de "police de la langue de bois" zélée, genre gauche caviar, bisounours, nov- langue...

Répondre à ce message