Bilan occasion

En images

Moto Guzzi 1200 Norge : bagagerie à vérifier Moto Guzzi 1200 Norge : amortisseurs, préférez l’adaptable ! Moto Guzzi 1200 Norge : roulement, ça coince !
Article

On est encore loin des standards bavarois ou nippons lorsqu’on s’installe au guidon de la 1200 Norge ; mais force est de constater que cette dernière entame un réel processus de rupture avec les « valeurs » maison, tant en termes de finition que de comportement routier. Et bien qu’en ce domaine elle souffre encore d’approximations, notamment liées à des suspensions peu élaborées, la GT italienne profite d’améliorations constantes visant à en faire le fer de lance de la gamme. Une ambition qui n’hypothèque pas le légendaire caractère du bicylindre culbuté, pour le plus grand plaisir de ses utilisateurs.

A surveiller :

Le circuit électrique souffre de multiples avaries liées à un défaut d’étanchéité et des méfaits des vibrations. Défaillances possibles de l’instrumentation (jauge à essence en berne, indications tronquées…), des poignées chauffantes, du capteur de pression d’huile, du contacteur… Un tour d’horizon de toutes les fonctions est indispensable. Plusieurs cas de casse de pompe à huile ont été recensés, avec à la clef des dégâts associés (serrage moteur). Objet de toutes les attentions, les suspensions (jugées trop souples, voir « Pts faibles ») ont fréquemment été améliorées (combiné adaptable à l’arrière, huile plus épaisse et cales dans la fourche, voire ressorts progressifs). Autant de modifications à privilégier le cas échéant. Les attaches de fixation du carénage, principalement en partie basse, peuvent être fendues, voire cassées. Le remplacement des pièces a été assuré en SAV au cas par cas mais sans effet notable (pièces identiques, sujettes aux mêmes faiblesses). Vérifiez aussi l’alignement de la tête de fourche (mauvaise série d’araignées). Sur les modèles GT et GTL, ce sont les valises et le top-case qui peuvent être cassés (côté support). Lors de l’essai routier, ne tolérer aucun à-coup à la reprise, calage à chaud et/ou ralenti instable ou trop élevé (synchronisation d’injection défaillante, cartographie modifiée, voire ECU changé au cas par cas). L’embrayage à sec peut s’avérer bruyant au point mort (uniquement) mais la boîte de vitesses et la transmission doivent rester d’une discrétion absolue (arbres de boîte ou couple conique endommagés). Lors des freinages, traquez tout tremblement parasite (disques voilés, douilles de disques encrassées). Enfin, certains utilisateurs ont raccourci la butée en caoutchouc de béquille centrale, ce qui permet de gagner (un peu) de garde au sol. Une astuce à privilégier le cas échéant.

Points faibles :

Les suspensions sont jugées trop souples et le réglage de précharge du combiné arrière en fait pester plus d’un (obligation de démonter la valise gauche, cache plastique occultant la vision). Une bizarrerie de conception qui pourrait passer inaperçue si la garde au sol, insuffisante, ne venait jouer les trouble-fête (béquille parfois modifiée, voir « À surveiller »). Le réglage manuel de la bulle fait l’unanimité contre lui (clef indispensable). Il en est de même des valises (pourtant appréciées par ailleurs, voir « Pts forts »), peu pratiques à l’usage du fait d’une procédure de montage/démontage fastidieuse, voire archaïque (d’où plusieurs casses des systèmes de fixation, voir « À surveiller »). Les vibrations omniprésentes qui brouillent excessivement les rétroviseurs provoquent l’ire des propriétaires, déjà passablement agacés par le bas de carénage sans hublot de contrôle permettant d’accéder à la jauge à huile (avant fin 2008). Enfin, les guzzistes avertis ne manquent pas de souligner l’absence du freinage couplé, qui fait tache sur ce vaisseau de la route, d’autant que ce système est apparu en 1975 sur la California !

Points forts :

Le bicylindre de Mandello del Lario fait partie de ces mécaniques avec lesquelles le charme opère dès la première rotation de la poignée de droite. La Norge ne fait pas exception à la règle, et bien qu’elle soit dépassée par la concurrence sur le papier (fiche technique), elle enchante ses propriétaires par sa faculté à s’adapter avec le même bonheur à tous les types de parcours. La protection apportée par le carénage fait l’unanimité, bulle comprise (une fois réglée, voir « Pts faibles ») et le confort de la selle séduit autant le conducteur que son (sa) passager(e). La place arrière est d’ailleurs dotée de larges poignées de maintien et de repose-pieds bien placés. L’instrumentation complète, lisible et agréable à l’œil, ne suscite que louanges. Elle est, selon de nombreux habitués de la marque, le symbole de l’évolution de la marque en termes de finition. Les habitués de conduite urbaine se plaisent à souligner que les valises, parfaitement intégrées à la ligne de la machine, n’augmentent pas le gabarit (mais elles sont difficiles à manipuler, voir « Pts faibles »). L’éclairage, puissant et d’une bonne intensité, ravit les noctambules sauf en virage (forme du faisceau).

Au baromètre de l’occasion :

La Norge est une denrée rare sur le marché de l’occasion, et tout ce qui est rare… n’est pas forcément cher ! En effet, les cours se situent 5 à 10 % sous le tarif de référence, du fait d’un manque de notoriété du modèle. Seuls les exemplaires équipés d’un amortisseur adaptable de qualité sont affichés au niveau de la cote.
- Délai de revente : 2 à 3 mois
- Premier prix en occasion : 6 500 €
- Exemplaires immatriculés : 430

Dans la boutique :
- Voir le DVD sur l’histoire de la marque Moto Guzzi
- Commandez le T-shirt vintage du moteur Moto Guzzi (collection "Coeur de motard")

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité