Dans la nuit du dimanche 25 juin 2017, le radar autonome (ou radar de chantier) installé à Étalans (Doubs) périssait carbonisé. Les gendarmes, enquêtant sur cette dégradation, avançaient une hypothèse étonnante, comme le relatait le site de L’Est Républicain : le radar n’a pas été dégradé. Sa batterie est en cause. Elle aurait pris feu, et ce dysfonctionnement technique aurait provoqué l’embrasement, puis l’implosion de l’appareil.

Expertise demandée au fabricant
Quelques jours plus tard, le fabricant, Cegelec, à qui l’on demandait une expertise, avançait une autre cause à l’incendie : selon ses techniciens, l’examen des verrous montre qu’ils ont été forcés avant l’incendie. Il s’agit donc d’une dégradation volontaire.
L’enquête de gendarmerie se poursuit, afin d’identifier les coupables de cette acte malveillant.

Source :
- www.estrepublicain.fr, le 30/6/17
- www.estrepublicain.fr, le 29/7/17

Publicité
Publicité