Essai

En 2007, Aprilia présentait la Shiver 750, un roadster équipé d’un nouveau twin 100 % maison, et la première moto de série avec un accélérateur « ride by wire ». Mais le manque de mise au point et d’évolutions sérieuses a bridé sa carrière. La 900 rebat toutes les cartes pour rebondir. Une réussite.

Remaniement
La Shiver 900 a été sensiblement remaniée par rapport à sa devancière. Nombre de détails ont été revus afin de dynamiser sa ligne et d’accentuer son côté sportif. Alors que sa puissance reste à 95 chevaux, le « nouveau » twin affiche un surplus de couple par rapport au 750. Il offre une belle sonorité ; ça claque sec dans les échappements et donner quelques petits coups de gaz est un vrai plaisir. Un contrôle de traction à 3 niveaux fait son apparition ainsi que des réglages de fourche.

Un ride by wire désormais précis
La position de conduite est celle d’un roadster orienté tourisme : guidon assez haut, selle longue et bien galbée, repose-pieds pas trop en arrière. Les premiers tours de roue (en mode « Touring ») dévoilent un moteur super-souple au pas, servi par une transmission toujours aussi douce et un ride by wire enfin précis (le défaut de la Shiver 750 depuis longtemps…).
Dommage que le rayon de braquage soit si large : faire demi-tour dans une rue à un seul sens demande de s’y reprendre à deux fois.

Stop à la surenchère
Sur route, la Shiver dévoile un tempérament clairement orienté tourisme rapide, bien loin de celui, plus sportif, d’une Triumph Speed Triple par exemple.

Le twin Aprilia offre rondeur, souplesse et douceur, trois atouts très appréciables au quotidien et dont la plupart des bicylindres modernes ne peuvent se prévaloir. Pris dans une course à la surenchère, les twins de la concurrence sont devenus de moins en moins faciles et pratiques. Aux antipodes de ce bloc italien à la disponibilité sans faille.

Il offre une plage d’utilisation assez large (de 2 000 à 7 500 tr/min) avec un couple bien gras entre 3 500 et 7 000 tours, intelligemment secondé par un habile étagement de boîte et une transmission douce et précise. Bien entendu, la Shiver 900 peine à monter en régime et ne vous botte pas franchement le cul… Vous l’aurez compris, son style, c’est plutôt placide que dévergondé. Au quotidien, c’est mieux !

Verdict
Étrangère à la performance effrénée (l’Aprilia Tuono fait ça très bien), la Shiver incarne la machine intelligente, facile, pratique et à un tarif imbattable eu égard à sa finition, son équipement et ses prestations d’ensemble. Elle comble un vide dans le segment du roadster naked, qui depuis quelque temps a une fâcheuse tendance à se radicaliser… Bref, cette Shiver 900 fait mouche !

À découvrir dans Moto Magazine

Tous les essais des nouveautés 2017, rodages comme comparatifs, sont publiés dans Moto Magazine. Pour être sûr de les lire, abonnez-vous en ligne !

Fiche technique

Aprilia Shiver 900 (données constructeur)
Moteur

- Type : bicylindre en V à 90° refroidi par eau, 4T, 2 ACT, 4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 900 cm3 (92 x 67,4 mm)
- Puissance maxi : 95,2 ch à 8 750 tr/min
- Couple maxi : 9,2 m.kg à 6 500 tr/min
- Alim./dépollution injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses à 6 rapports
- Transmission finale par chaîne (16x44)
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 2 disques Ø 320 mm (4 opp.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 240 mm (simple piston)
- Pneu Av - Pneu Ar : 120/70-17 - 180/55-17
- Réservoir (réserve) : 15 litres (n.c.)
- Poids tous pleins faits : 218 kg
- Hauteur de selle : 810 mm
Pratique
- Coloris : blanc, gris, kaki
- Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 8 399 €

Publicité