En vidéo

Chargement du lecteur...

Interview du directeur des ventes KTM

Le premier pas vers la conquête du bitume a été franchi avec l’arrivée de la 950 Adventure en 2003, ce gros twin-trail issu du Dakar (rallye raid remporté par KTM sans interruption de 2001 à 2006). « Grosso modo, c’est l’arrivée du bicylindre qui nous a mis sur la route », confirme Jerôme Delziani, responsable marketing France.
Depuis fin 2004 - début 2005, KTM a confirmé ce virage vers le « routier » en commercialisant le roadster Super Duke équipé d’un twin doté de l’injection.

Malgré toutes les restrictions qui se font jour un peu partout en Europe, KTM ose le pari (un peu risqué) de mettre sur le marché des machines fortement marquées par l’image de la vitesse et du prestige du Superbike avec la RC 8.

JPEG - 33.1 ko
KTM, une image forte
Toutes les motos vendues chez KTM bénéficient de l’image forte de la compétition. C’est le cas de la 990 Adventure, qui a été commercialisée après les succès du constructeur autrichien au Dakar.

La machine passera par la case course, comme toutes les KTM : « Nous ne savons pas encore dans quel type de championnat nous allons engager la RC8, ce que je peux vous dire c’est que nous seront présents », dixit Thomas Kuttruf, chargés de la communication de l’usine de Mattighofen.

Pourquoi pas dans le championnat Superbike allemand, puis dans le championnat mondial ? L’hypothèse est loin d’être écartée.

Quant à l’avancement du projet RC8, l’ébauche est finalisée et visible dans les ateliers de design de Gerald Kiska, le designer attitré de la maison. « Deux prototypes roulent déjà dans l’ouest de l’Allemagne, sous une peinture noire basique », indique encore Thomas Kuttruf.

Il est donc oublié le temps où KTM avait des vues en GP. Durant la saison 2005, la firme autrichienne avait fourni des moteurs V4 au team Roberts.
Devant l’absence de résultats, KTM avait fait marche arrière en plein milieu de saison. « Nous nous sommes aperçus que notre implication en GP, au plus haut niveau, demandait des moyens considérables », avoue Joachim Sauer, le responsable technique marketing.

Dès lors, verra-t-on une KTM en Grand Prix ? « Non, la réponse est définitivement non », répète Joachim. « Nous voulons vendre des motos dont les gens se sentent proches. C’est pour cela que la démarche du Superbike nous semble beaucoup plus attirante comme formule. »

Publicité
Infos en plus